Mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur APA Les Enseignants-Chercheurs au cœur du processus APA au Cameroun

 

 

Les enseignants –chercheurs des Universités et instituts recherche publique et privé  du Cameroun sont désormais outillés pour la mise en œuvre du Processus d’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA).

 

 

Le  Protocole de Nagoya sur APA revêt une importance particulière pour les pays en voie de développement, en particulier le Cameroun, dépositaires d’une des plus grandes diversités biologiques dans le bassin du Congo. En effet, près de 20 ans après la ratification de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), le Cameroun, ne tire pas toujours profit des retombées découlant de la valorisation de ses ressources et connaissances traditionnelles par les industries utilisatrices. Les parties prenantes en particulier les chercheurs ne sont pas encore conscients des opportunités de développement qu’offre l’APA. Dans le cadre de la sensibilisation desdites parties prenantes mentionnée dans l’axe trois de la stratégie nationale, Il est important de renforcer les capacités des chercheurs dans le domaine afin qu’ils participent pleinement à la mise en œuvre de ce processus au niveau du Cameroun. C’est à cette fin que le Ministère de L’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable et le Projet APA GIZ - COMIFAC appuient l’implication des chercheurs au niveau du Cameroun au processus APA.

 

 

Pendant les mois de juin et août 2017, a été organisés à Garoua, Kribi et Limbe des ateliers de sensibilisation des Enseignants-Chercheurs des Universités, Instituts de recherche et Secteur privé Présidés par le Secrétaire General du Ministère de L’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable.

 

 

A l’issue des travaux, les chercheurs ont été édifiés sur les différentes étapes du processus APA, le développement d’un cadre législatif en matière d’accès aux ressources génétiques et de partage des avantages issus de leur utilisation et l’implication des chercheurs dans le processus APA. Les chercheurs se sont engagés à travers leurs institutions :

  • de faciliter toute initiative de brevetage des résultats découlant des travaux de recherche afin d’assurer ainsi la jouissance de la propriété intellectuelle;
  • d’organiser une conférence de restitution des acquis de cet atelier à toute la communauté universitaire
  • d’inclure dans les cours de biodiversité et assimilés, les notions APA pour une gestion durable de la biodiversité et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ses éléments constitutifs.

 

 

Aux termes des ateliers, il ressort que les chercheurs, malgré leur appartenance à des régions différentes ont des besoins communs. Leurs besoins communs s’expriment par la nécessité d’être pris en compte dans tout le processus APA, la nécessité de faciliter les procédures de recherche pour les besoins académiques et le soutien aux chercheurs dans la mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur l’APA au Cameroun.

 

 

Wilson Shei

 

Pour plus d’information veuillez contacter bernadette.wandja@giz.de

 

 

Impression des Participants  

 

Du 26 au 29 Juin 2017, nous étions conviés à un atelier de sensibilisation des enseignants-chercheurs des Universités nationales et privées sur la stratégie nationale sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA). Ce protocole constitue un important outil qui encadre la recherche- développement au Cameroun. Ces principales résolutions seront intégrées dans nos différents enseignements au sein de notre école afin de sensibiliser les étudiants qui iront sur le terrain pour leurs travaux de fin d’étude. Néanmoins, plusieurs points doivent être pris en compte pour une bonne mise en œuvre sur le terrain, notamment la mise en place d’un cadre juridique et réglementaire clair et compréhensible par tous, la question du financement de la recherche et de la propriété après publication dans des journaux exigeant le droit de propriété, la gestion équitable des ressources génétiques qui semblent être présentes dans plusieurs zones géographiques et écologiques et la préservation des zones écologiques pour une exploitation rentable, équitable mais durable. De plus, la question du brevet et de son financement a été longuement soulevée et des efforts doivent être entrepris pour le soutenir financièrement afin d’en tirer le plus grand profit des découvertes et innovations issues de nos ressources génétiques. En plus, la recherche nationale doit être soutenue afin que les ressources génétiques à haut potentiel soient caractérisées sur place sur des plans phénotypique, génétique voire moléculaire.

 

Prof. Dr. Vet. KOUAMO Justin, PhD Animal Reproduction  Post Doc Embryo Technology.

 Associate Professor/Researcher

 Head of Department of Surgery and Medical Pathology  School of Veterinary Medicine and Sciences  The University of Ngaoundere  PO BOX: 454. Ngaoundere -Cameroon

 Phone: (+237) 675376954

 Mail: justinkouamo@yahoo.fr

 

 

 

Cet atelier m’a édifié sur la façon avec laquelle un chercheur devrait dorénavant accéder aux ressources génétiques. La ratification du Protocole de Nagoya vient résoudre le problème des populations locales qui voyaient leurs ressources exploitées sans des retombées. Cela permettra aussi au pays de contrôler les ressources qui vont dans d’autres pays. Ce que je déplore, c’est la procédure qu’il faut suivre pour faire sortir ces ressources hors du pays dans le cadre de la recherche. A mon avis, la lourdeur administrative ralentira l’évolution de la recherche. Nous espérons juste que les moyens seront pris pour alléger ces procédures. Nous continuerons donc la sensibilisation auprès des personnes ressources, c’est-à-dire nos collègues et nos étudiants.

 

NNANGA Jeanne Flore
Assistant lecturer - University of Maroua
Environnemental Sciences BP. 46 Maroua-Cameroun

Tél. (+237)96 23 88 65 / 72 26 79 09 / 33 76 97 43
email intitutionnel:
jeanne-flore.nnanga@fs.univ-maroua.cm

 

 

Cet atelier qui est le premier du genre m'a permis de comprendre que nos ressources génétiques sont fondamentales pour les grande firmes en occident, elles étaient exploitées jadis sans contrepartie pour les populations locales et pourtant elles permettent de rapporter des devises. Avec la convention de Nagoya, rien ne sera plus comme avant. Nos recherches sur les ressources génétiques vont être orientées afin de valoriser davantage celles-ci. Je suis Botaniste, je suis souvent approché par des paysans qui sont détenteurs des connaissances énormes sur les végétaux et leur utilisation, je dois dont rendre publique certaines informations sur les ressources pour permettre de les vanter à l'international et permettre à la population d'en bénéficier de leur valorisation. J’ai souvent été contacté pour fournir des échantillons par des partenaires en occident et parfois sans contrepartie, avec APA tout pourra changer.     

 

Dr Froumsia Moksia,

Ph.D (Botanique & Ecologie) 

Université de Maroua, 

Faculté des Sciences,

Département des Sciences Biologiques

BP 814 Maroua. 

Tél: (+237) 677359130 / 697542112inst

e-mail:  moksia.froumsia@fs.univ-maroua.cm

 

 

 

 

Photos

Garoua

 

 KRIBI

 

 

LIMBE

 

 

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC