Euredd-Les petits producteurs sèment l’espoir

 

 

Reconstituer la forêt ivoirienne en assurant le futur de la cacao culture

Lorsque la sécheresse a frappé le sud-ouest de la Côte d’Ivoire en 2015, une grande partie de la récolte de cacao, la principale matière première agricole du pays, a été perdue et des milliers de petits producteurs ont vu leur gagne-pain menacé. « J’ai presque perdu toute ma plantation de cacao, sauf aux endroits où j’avais de grands arbres », déclare Kouassi Akoura Apollinaire Yao, un jeune fermier qui exploite une plantation de deux hectares près de Méagui, 400 km à l’ouest d’Abidjan, la capitale du pays. « C’est l’ombrage qui a permis de sauver ces plants. »

 

 

De nombreux petits producteurs de la région sont dans la même situation. Mais ils ne pouvaient pas tous compter sur les arbres pour sauver leur récolte. La Côte d’Ivoire est l’un des pays du monde où la déforestation est la plus prononcée et la production de cacao en est largement responsable. La perte du couvert forestier n’a pas comme seule conséquence une vulnérabilité accrue du cacao face à la sécheresse. « Nous, les femmes, ne trouvons pas assez de bois pour cuire les repas » déplore Amoin Sahoure, qui vit dans le village d’Assawlèkro.

 

 

Quand un projet a proposé en 2017 de récompenser les producteurs de cacao et les communautés locales qui s’engagent dans l’agroforesterie, le reboisement et la conservation, les fermiers étaient tout ouïe. Le projet résulte d’une collaboration entre le Gouvernement ivoirien et Mondelēz International, l’un des plus importants producteurs de chocolat du monde. Une organisation non gouvernementale ivoirienne, Impactum, est responsable de la mise en œuvre du projet.

 

 

« Quand Impactum est venu nous parler du projet d’arbres, nous avons compris que cela pouvait être la solution pour surmonter nos difficultés », se rappelle Aya Odette Brou, du village de Pogréagui, à 15 km au nord de Méagui. Le projet est un exemple de programme de « paiement pour services environnementaux » (PSE). Il a été initié avec l’aide de la Facilité REDD de l’Union Européenne et s'inscrit dans le cadre des efforts redoublés au niveau mondial pour arrêter et inverser la déforestation. Le projet sème l’espoir dans les plantations qui, aujourd’hui, dominent ce paysage aride et très déboisé situé en plein centre de la « ceinture du cacao » de la Côte d’Ivoire.

 

 

Le pays est un exemple de déforestation tropicale à grande échelle. Son couvert forestier est passé de 50 % (16 millions d’hectares) de la superficie totale du pays en 1960 à seulement 10 % (3,4 millions d’hectares) en 2016. L’expansion de la production de cacao est la cause principale de la déforestation. Mais depuis 2014, la Côte d’Ivoire a pris des engagements ambitieux pour découpler la production de cacao de la déforestation et à reconstituer le couvert forestier sur 20 % du territoire à l’horizon 2030.

 

 

Des entreprises privées ont promis d’éliminer la déforestation de leur chaîne d’approvisionnement et d’aider à reconstituer le couvert forestier du pays. Mondelēz contribue à cet objectif avec son programme CocoaLife. La plus grande partie du cacao étant produite par de petits producteurs, qui vendent leurs fèves aux grandes entreprises telles que Mondelēz par l’intermédiaire de négociants. L’un des moyens de restaurer les forêts et de réduire l’expansion du cacao est donc de convaincre ces petits producteurs de planter des arbres ou de protéger les arbres existants.

 

 

Cependant, ce n’est pas si facile d’encourager les producteurs à adopter des pratiques respectueuses de l’environnement comme l’agroforesterie ou le reboisement. La plupart des petits producteurs vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ils n’ont pas les moyens d’investir dans des intrants ou des plants qui permettraient d’augmenter leurs rendements ou de diversifier leurs revenus. C’est là que le programme de PSE entre en jeu. Il fournit des plants, une assistance technique pour la gestion des plantations, et une prime financière aux producteurs en cas de succès. Dans le cadre de contrats avec les communautés locales, le programme incitera les actions de reboisement et de conservation au travers de la construction d’infrastructures sociales telles que des écoles, des cliniques ou des puits.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIB-Olam est 100% Certifié FSC

Alors que nous sommes globalement préoccupés par la pandémie qui a ravagé nos vies et perturbé la normalité; nous essayons de comprendre comment naviguer, en nous préparant pour les temps à venir, voici une petite lumière brillante des forêts denses du Bassin du Congo. Nous sommes ravis de vous informer que nous avons officiellement reçu la certification FSC pour Mimbeli-Ibenga et CIB-Olam est maintenant 100% certifié FSC.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel | Février 2020

L’Humanité tout entière fait face à un défi inédit tandis qu’un tiers de la population mondiale est confinée chez soi en raison de la pandémie du Covid-19. La République du Congo, quant à elle, vient d'annoncer la mise en application de l’état d'urgence sanitaire et le confinement à domicile de l'ensemble de la population jusqu'au 30 avril.

En savoir plus...

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020