Euredd-Les petits producteurs sèment l’espoir

 

 

Reconstituer la forêt ivoirienne en assurant le futur de la cacao culture

Lorsque la sécheresse a frappé le sud-ouest de la Côte d’Ivoire en 2015, une grande partie de la récolte de cacao, la principale matière première agricole du pays, a été perdue et des milliers de petits producteurs ont vu leur gagne-pain menacé. « J’ai presque perdu toute ma plantation de cacao, sauf aux endroits où j’avais de grands arbres », déclare Kouassi Akoura Apollinaire Yao, un jeune fermier qui exploite une plantation de deux hectares près de Méagui, 400 km à l’ouest d’Abidjan, la capitale du pays. « C’est l’ombrage qui a permis de sauver ces plants. »

 

 

De nombreux petits producteurs de la région sont dans la même situation. Mais ils ne pouvaient pas tous compter sur les arbres pour sauver leur récolte. La Côte d’Ivoire est l’un des pays du monde où la déforestation est la plus prononcée et la production de cacao en est largement responsable. La perte du couvert forestier n’a pas comme seule conséquence une vulnérabilité accrue du cacao face à la sécheresse. « Nous, les femmes, ne trouvons pas assez de bois pour cuire les repas » déplore Amoin Sahoure, qui vit dans le village d’Assawlèkro.

 

 

Quand un projet a proposé en 2017 de récompenser les producteurs de cacao et les communautés locales qui s’engagent dans l’agroforesterie, le reboisement et la conservation, les fermiers étaient tout ouïe. Le projet résulte d’une collaboration entre le Gouvernement ivoirien et Mondelēz International, l’un des plus importants producteurs de chocolat du monde. Une organisation non gouvernementale ivoirienne, Impactum, est responsable de la mise en œuvre du projet.

 

 

« Quand Impactum est venu nous parler du projet d’arbres, nous avons compris que cela pouvait être la solution pour surmonter nos difficultés », se rappelle Aya Odette Brou, du village de Pogréagui, à 15 km au nord de Méagui. Le projet est un exemple de programme de « paiement pour services environnementaux » (PSE). Il a été initié avec l’aide de la Facilité REDD de l’Union Européenne et s'inscrit dans le cadre des efforts redoublés au niveau mondial pour arrêter et inverser la déforestation. Le projet sème l’espoir dans les plantations qui, aujourd’hui, dominent ce paysage aride et très déboisé situé en plein centre de la « ceinture du cacao » de la Côte d’Ivoire.

 

 

Le pays est un exemple de déforestation tropicale à grande échelle. Son couvert forestier est passé de 50 % (16 millions d’hectares) de la superficie totale du pays en 1960 à seulement 10 % (3,4 millions d’hectares) en 2016. L’expansion de la production de cacao est la cause principale de la déforestation. Mais depuis 2014, la Côte d’Ivoire a pris des engagements ambitieux pour découpler la production de cacao de la déforestation et à reconstituer le couvert forestier sur 20 % du territoire à l’horizon 2030.

 

 

Des entreprises privées ont promis d’éliminer la déforestation de leur chaîne d’approvisionnement et d’aider à reconstituer le couvert forestier du pays. Mondelēz contribue à cet objectif avec son programme CocoaLife. La plus grande partie du cacao étant produite par de petits producteurs, qui vendent leurs fèves aux grandes entreprises telles que Mondelēz par l’intermédiaire de négociants. L’un des moyens de restaurer les forêts et de réduire l’expansion du cacao est donc de convaincre ces petits producteurs de planter des arbres ou de protéger les arbres existants.

 

 

Cependant, ce n’est pas si facile d’encourager les producteurs à adopter des pratiques respectueuses de l’environnement comme l’agroforesterie ou le reboisement. La plupart des petits producteurs vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ils n’ont pas les moyens d’investir dans des intrants ou des plants qui permettraient d’augmenter leurs rendements ou de diversifier leurs revenus. C’est là que le programme de PSE entre en jeu. Il fournit des plants, une assistance technique pour la gestion des plantations, et une prime financière aux producteurs en cas de succès. Dans le cadre de contrats avec les communautés locales, le programme incitera les actions de reboisement et de conservation au travers de la construction d’infrastructures sociales telles que des écoles, des cliniques ou des puits.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

La Facilitation sortante (Royaume de Belgique) et entrante (Allemagne) du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur sortant du Royaume de Belgique du PFBC et l’Honorable Dr Christian Ruck, Facilitateur de la République Fédérale d’Allemagne du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et vous présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

En savoir plus...

thegef-Évaluer les avantages du développement d'une économie de la faune

Les communautés locales devraient être enrôlées comme « première ligne de défense » contre le commerce illégal d'animaux et de plantes sauvages, qui est beaucoup plus répandu et complexe qu'on ne le croit généralement, a déclaré le Directeur exécutif de TRAFFIC, Steve Broad, aux participants des réunions de consultation de la société civile du FEM qui se sont tenues à Washington cette semaine.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC