Un nouveau rapport de la FAO : Le gaspillage alimentaire porte atteinte au climat, à l’eau, aux terres et à la biodiversité

 

Coûts économiques directs estimés à 750 milliards de dollars par an – Instituer de meilleures politiques et le besoin de valoriser et reproduire les « success stories ».

 

Rome (Italie) -11 septembre 2013La FAO publie un nouveau rapport sur «l’Empreinte du Gaspillage Alimentaire : Impacts sur les Ressources Naturelles» («Food Wastage Footprint: Impacts on Natural Resources » d’où il ressort que le gaspillage effarant de 1,3 milliard de tonnes de nourriture par an ne cause pas seulement une gigantesque perte économique, mais il porte aussi un grave préjudice aux ressources naturelles dont l'humanité dépend pour se nourrir.

 

Cette étude sur «l’Empreinte du Gaspillage Alimentaire : Impacts sur les Ressources Naturelles» est la première du genre qui entreprend d’analyser les impacts du gaspillage alimentaire à l'échelle mondiale d’un point de vue écologique, en se penchant sur ses conséquences pour le climat, les utilisations de l'eau et de la terre, et la biodiversité.

 

Au nombre de ses principales conclusions: Chaque année, la nourriture produite sans être consommée engloutit un volume d'eau équivalant au débit annuel du fleuve Volga en Russie et est responsable du rejet dans l'atmosphère de 3,3 gigatonnes de gaz à effet de serre.

 

Outre ses impacts environnementaux, ses conséquences économiques directes pour les producteurs (à l'exclusion du poisson et des fruits de mer) sont de l'ordre de 750 milliards de dollars par an, estime le rapport de la FAO.

 

 En  complément de ce rapport, la FAO a également publié une « boite à outils » exhaustive contenant des recommandations sur comment réduire le gaspillage alimentaire à toutes les étapes de la filière. La boite à outils présente un certain nombre de projets qui montrent la façon dont les gouvernements nationaux et locaux, les agriculteurs, les entreprises, et les consommateurs individuels peuvent agir face à ce problème.

 

À lire dans le rapport:

 

(1) Où se produit le gaspillage alimentaire? Le gaspillage alimentaire à l'échelle mondiale a lieu, pour 54 pour cent, "en amont", c'est-à-dire durant les phases de production et de manutention et stockage après-récolte- Pour 46 pour cent , il a lieu "en aval", soit aux stades de la transformation, de la distribution et de la consommation.  De manière générale, les pays en développement souffrent plus de pertes alimentaires au cours de la production agricole, tandis que le gaspillage alimentaire au niveau des détaillants et des consommateurs tend à être plus élevé dans les régions à revenu intermédiaire et élevé - Plus tard un produit alimentaire est perdue le long de la chaîne, plus grandes sont les conséquences environnementales -

 

  

(2) Points chauds: Plusieurs « points chauds » du gaspillage alimentaire mondiale ressortent de l'étude: 
 
 (a)Les pertes de céréales en Asie - Bien que les volumes de gaspillage de viande dans toutes les régions du monde sont relativement faibles, le secteur de la viande produit un impact considérable - de grands volumes de gaspillage de légumes en Asie industrialisée, l'Europe, l’Asie du Sud et du Sud-Est se traduit par une grande empreinte de carbone pour ce secteur.

 

(3) Les causes des pertes alimentaires -et des options pour y faire face: Une haute priorité devrait être accordée à la réduction du gaspillage alimentaire en premier lieu - la réutilisation au sein de la chaîne humaine de recyclage et de récupération alimentaire -

 

 

 

Lire plus en détail les recommandations spéciales de la FAO sur la réduction du gaspillage alimentaire

 

Le rapport de la FAO sur l’Empreinte du Gaspillage Alimentaire et sa boite à outils ont été financés par le gouvernement Allemand.

 

 

Pour en savoir plus, bien vouloir consulter le texte intégrale : Le gaspillage alimentaire porte atteinte au climat, à l’eau, aux terres et à la biodiversité – nouveau rapport de la FAO

 

Image credit: http://www.fao.org/news/story/en/item/196220/icode/

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC