« Les forêts du Bassin du Congo sont menacées » - Glo.be, le magazine du SPF Affaires Etrangères, a rencontré François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, Ministre d'Etat, Député honoraire

 

 

Les forêts du Bassin du Congo regorgent de richesses naturelles. Elles sont pourtant menacées par la forte croissance démographique ainsi que par la corruption. Le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) travaille à leur préservation. Glo.be a rencontré François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Partenariat, pour en savoir plus.

 

Comment est né le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo ?

 

Le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) a été lancé lors du Sommet Mondial sur le Développement Durable à Johannesburg en 2002. Il s’agit d’un partenariat non-contraignant, enregistré auprès de la Commission du développement durable des Nations Unies. C’est Colin Powell, ancien secrétaire d’État des États-Unis qui en est l’initiateur. Le souci de la communauté internationale était de répondre à la nécessité de conserver et de gérer durablement les écosystèmes forestiers de l’Afrique centrale, qui sont une richesse naturelle importante pour les générations présentes et à venir.

 

 

Quelles sont les parties prenantes au Partenariat ? Les gouvernements africains sont-ils prêts à se mobiliser ? Comment gère-t-on une telle organisation ?

 

 

Le Partenariat regroupe les 10 pays membres (RDC, Rwanda, Burundi, Congo Brazzaville, Gabon, Cameroun, Centrafrique, Tchad, Guinée équatoriale et Sao Tomé et Principe) de la Commission des Forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC), les agences des pays donateurs, des organisations internationales, des ONG, des représentants des institutions de recherche et du secteur privé. Ce qui totalise 116 membres ! Le Partenariat est donc beaucoup plus large que la COMIFAC qui ne regroupe que des États.

 

 

Les gouvernements du sud sont demandeurs de se réunir autour d’un dialogue politique. Ils veulent qu’outre les experts (qui disent ce qu’il faut faire), les responsables politiques de haut niveau puissent se rassembler pour discuter du modus operandi (comment il faut le faire) et mobiliser la volonté politique d’agir concrètement. Ils sont prêts à se mobiliser.

 

 

Le Partenariat est bien organisé et structuré. Il comporte 7 collèges : les organisations régionales concernées et leurs États membres; les organisations de la société civile dans le Bassin du Congo; les ONG internationales; le secteur privé; les bailleurs de fonds; les institutions de formation et de recherche; les organisations intergouvernementales et multilatérales. Chaque collège est autonome et fonctionne indépendamment. Les présidents des collèges se retrouvent lors des réunions du conseil deux fois par an. Et une fois par an, les 116 membres se réunissent.

 

 

En savoir plus...

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Le collège de la société civile en marche pour la tenue d’une journée spéciale le 18 décembre 2019

Thème: "Les forêts du Bassin du Congo à la croisée des chemins entre Conservation – Gestion et Développement Durable – Changements Climatiques et Investissements en milieu forestier : Rôle de la société civile et attentes des communautés riveraines"

En savoir plus...

Voaafrique-Le Cameroun et le Nigeria préoccupés par la sécurité de leur frontière commune

Les Gouverneurs des régions du Cameroun et États du Nigeria, des responsables administratifs et de sécurité ont discuté de la sécurité sur leur frontière commune pendant deux jours à Yaoundé mi-juillet.

En savoir plus...

CAWHFI NEWS N°004

La phase actuelle du projet CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) mise en œuvre par l’UNESCO, grâce au soutien financier de l’Union européenne s’achèvera en mars en 2020. Un des résultats majeurs attendus à son terme est le lancement du processus d’inscription de nouveaux sites de la sous-région sur la Liste du patrimoine mondial.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019