Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

 

 

Le Bassin du Congo abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, mais il est loin derrière. Le Bassin du Congo abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, mais il est loin derrière l'Asie du Sud-Est et la région amazonienne en termes de financement international pour la gestion durable et la protection de la nature, d'après une analyse des fluctuations financières entre 2008 et 2017.

 

 

La forêt tropicale d'Afrique centrale est un bien public mondial. Pour renforcer le soutien international à ce thermostat naturel et havre de biodiversité, il faut une meilleure gouvernance et de meilleures capacités du côté des pays, une meilleure coordination entre les organismes de financement et des stratégies pour attirer les investissements privés.

 

 

Aperçu des flux financiers

Le bassin du Congo a capté 11,5 % des financements internationaux au cours de la dernière décennie, tandis que l'Asie du Sud-Est et l'Amazonie ont reçu respectivement 54,5 % et 34 %, selon une nouvelle analyse menée par l’Observatoire des forêts d’Afrique centrale (OFAC) de la Commission des forêts de l’Afrique centrale (COMIFAC).

 

 

Jusqu'à présent, il n'existait pas de chiffres consolidés sur la manière dont les acteurs publics et privés investissent dans les trois principaux bassins forestiers tropicaux du monde, ce qui fait de cet aperçu des flux financiers une première étape cruciale pour évaluer la situation générale dans le monde et envisager les perspectives.

 

 

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

 

 

En ce qui concerne les thèmes, le financement s'est concentré sur la politique et la gestion des forêts et de l'environnement (41 %), suivi par la gestion et la conservation de la biodiversité (36,9 %) et la recherche et l'éducation environnementales (13,8 %).

 

 

La demande nationale et internationale croissante de produits forestiers, notamment de bois et de combustibles ligneux, est l'un des principaux moteurs de la perte de forêts en Afrique centrale. Cependant, le développement forestier durable et l'utilisation du bois comme source d'énergie n'ont obtenu que 8,3 pour cent du financement.

 

 

Prêts contre subventions

La capacité de s'endetter, un profil de risque plus faible, des créanciers importants et des relations diplomatiques plus solides avec les pays donateurs pourraient être quelques-unes des raisons pour lesquelles l'Asie du Sud-Est et la région amazonienne attirent plus facilement les finances internationales.

 

 

 Prenons l'exemple des bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux qui financent le secteur forêt-environnement en Afrique centrale : la plupart d'entre eux le font sous forme de subventions, alors qu'ils ont parfois recours aux prêts pour les pays des autres bassins tropicaux. L'Asie du Sud-Est, par exemple, a reçu 885 millions de dollars de la Banque mondiale, principalement sous forme de prêts.

 

 

 En revanche, le Bassin du Congo n'a pas eu de projets forestiers approuvés par le Fonds vert pour le climat (FVC) jusqu’en 2017, et la région n'a obtenu que 7,6 % des fonds des donateurs bilatéraux destinés au secteur forêt-environnement dans les tropiques.

 

 

 Une exception notable à cette tendance est l'Union européenne, qui a accordé la priorité à l'Afrique centrale (329 millions de dollars) par rapport au Bassin de l'Amazonie (122 millions de dollars) et à l'Asie du Sud-Est (86,5 millions de dollars).

 

 

 Attirer des fonds internationaux

 

La conservation et la gestion durable du Bassin du Congo sont importantes du point de vue des moyens de subsistance, de la biodiversité et de la régulation des régimes climatiques et pluviométriques, aux niveaux local et mondial. Les enjeux sont si importants qu'il est dans l'intérêt du monde de préserver ces forêts et les services qu'elles fournissent.

 

 Les pays d'Afrique centrale pourraient commencer par améliorer la gouvernance de la gestion de l'APD et réduire la perception des risques parmi les investisseurs privés et les donateurs. Les contributions du secteur privé ont été très modestes jusqu'à présent, mais l'amélioration de questions telles que la sécurité foncière et la sécurité juridique pourrait attirer de nouveaux investissements.

 

 L’un des moyens pour y arriver serait, par exemple, la certification du bois d'œuvre, la restauration des paysages forestiers et des plans de gestion environnementale et sociale d'entreprise comme moyen de compenser leurs émissions de carbone.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

La COMIFAC et le PFBC main dans la main en faveur du Bassin du Congo : Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC reçu en audience par le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, M. Ndomba Ngoye Raymond

Yaoundé, le 20 novembre 2019 : Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea reçu en audience par le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, M. Ndomba Ngoye Raymond.  Dans son mot introductif, le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC a remercié le Facilitateur pour son Engagement, l’énergie investie en faveur du Bassin du Congo et du PFBC, le partenariat demeure dynamique.  

En savoir plus...

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du PFBC visite les autorités et partenaires PFBC à Yaoundé (Cameroun)

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du PFBC a fait le point avec les différents interlocuteurs sur plusieurs sujets entre autres : (1) les actions et perspectives du PFBC… (2) L’opérationnalisation de la Déclaration de N’Djamena - au regard de l’ampleur que prend la transhumance incontrôlée entre le sahel et l’Afrique équatoriale…(3) La nécessité d’un sommet des Chefs d’États concernés par ce phénomène…

En savoir plus...

Le PDG du FEM se félicite du pacte de coopération pour la protection du bassin amazonien

Le PDG et président du Fonds pour l'environnement mondial, Naoko Ishii, se félicite de l'engagement pris par les chefs d'État de sept pays du bassin amazonien de collaborer plus étroitement pour valoriser les forêts, protéger la biodiversité et lutter contre la déforestation et la dégradation des terres sur l'ensemble du biome.

En savoir plus...

Le nouveau cours d'apprentissage en ligne du Fonds pour l'adaptation sur l'accès direct conçu pour aider les pays et les parties prenantes à débloquer le financement de la lutte contre le changement climatique

Le nouveau cours d'apprentissage en ligne du Fonds sur l'accès direct donne un aperçu et un guide du processus d'accréditation du Fonds pour devenir une entité d'exécution auprès du Fonds, et couvre également ses processus de conception et de mise en œuvre de projets pour aider les exécutants à élaborer des projets efficaces sur le terrain.

En savoir plus...

Le Conseil d'administration du Fonds Vert pour le Climat engage 407,8 millions de dollars USD supplémentaires pour lutter contre la crise climatique

Le Fonds Vert pour le Climat (FVC) finance maintenant des mesures climatiques dans plus de 100 pays en développement après l'approbation de 13 nouveaux projets lors de la dernière réunion du Conseil en 2019.  

En savoir plus...

Le Conseil d'administration du Fonds pour l'adaptation approuve 63 millions de dollars pour de nouveaux projets, y compris des subventions pour la première innovation et la mise à l'échelle

Washington, D.C. (17 Octobre 2019) — Le Conseil du Fonds pour l'adaptation a obtenu d'excellents résultats malgré agenda chargé lors de sa 34ième réunion la semaine dernière, approuvant plus de 63 millions de dollars pour le financement de nouveaux projets, notamment de nouveaux projets d'innovation et d'élargissement des subventions, tout en poursuivant ses processus administratifs et ses arrangements institutionnels pour continuer à bien servir l'Accord de Paris.

En savoir plus...

COP25 : Des actions concrètes contre la déforestation !

Denis Sassou N’Guesso, choisi porte-parole de l’Afrique centrale, qui reste fidèle à ses engagements a lancé un appel solennel au sommet du climat pour lutter contre la déforestation ; « Je reste plus que jamais fidèle à ma signature de l’Accord de Paris et j’ai décidé d’aller, encore plus loin, dans notre engagement concret contre la déforestation, en dépassant les discours incantatoires ».

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019