Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

 

 

Le Bassin du Congo abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, mais il est loin derrière. Le Bassin du Congo abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, mais il est loin derrière l'Asie du Sud-Est et la région amazonienne en termes de financement international pour la gestion durable et la protection de la nature, d'après une analyse des fluctuations financières entre 2008 et 2017.

 

 

La forêt tropicale d'Afrique centrale est un bien public mondial. Pour renforcer le soutien international à ce thermostat naturel et havre de biodiversité, il faut une meilleure gouvernance et de meilleures capacités du côté des pays, une meilleure coordination entre les organismes de financement et des stratégies pour attirer les investissements privés.

 

 

Aperçu des flux financiers

Le bassin du Congo a capté 11,5 % des financements internationaux au cours de la dernière décennie, tandis que l'Asie du Sud-Est et l'Amazonie ont reçu respectivement 54,5 % et 34 %, selon une nouvelle analyse menée par l’Observatoire des forêts d’Afrique centrale (OFAC) de la Commission des forêts de l’Afrique centrale (COMIFAC).

 

 

Jusqu'à présent, il n'existait pas de chiffres consolidés sur la manière dont les acteurs publics et privés investissent dans les trois principaux bassins forestiers tropicaux du monde, ce qui fait de cet aperçu des flux financiers une première étape cruciale pour évaluer la situation générale dans le monde et envisager les perspectives.

 

 

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

 

 

En ce qui concerne les thèmes, le financement s'est concentré sur la politique et la gestion des forêts et de l'environnement (41 %), suivi par la gestion et la conservation de la biodiversité (36,9 %) et la recherche et l'éducation environnementales (13,8 %).

 

 

La demande nationale et internationale croissante de produits forestiers, notamment de bois et de combustibles ligneux, est l'un des principaux moteurs de la perte de forêts en Afrique centrale. Cependant, le développement forestier durable et l'utilisation du bois comme source d'énergie n'ont obtenu que 8,3 pour cent du financement.

 

 

Prêts contre subventions

La capacité de s'endetter, un profil de risque plus faible, des créanciers importants et des relations diplomatiques plus solides avec les pays donateurs pourraient être quelques-unes des raisons pour lesquelles l'Asie du Sud-Est et la région amazonienne attirent plus facilement les finances internationales.

 

 

 Prenons l'exemple des bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux qui financent le secteur forêt-environnement en Afrique centrale : la plupart d'entre eux le font sous forme de subventions, alors qu'ils ont parfois recours aux prêts pour les pays des autres bassins tropicaux. L'Asie du Sud-Est, par exemple, a reçu 885 millions de dollars de la Banque mondiale, principalement sous forme de prêts.

 

 

 En revanche, le Bassin du Congo n'a pas eu de projets forestiers approuvés par le Fonds vert pour le climat (FVC) jusqu’en 2017, et la région n'a obtenu que 7,6 % des fonds des donateurs bilatéraux destinés au secteur forêt-environnement dans les tropiques.

 

 

 Une exception notable à cette tendance est l'Union européenne, qui a accordé la priorité à l'Afrique centrale (329 millions de dollars) par rapport au Bassin de l'Amazonie (122 millions de dollars) et à l'Asie du Sud-Est (86,5 millions de dollars).

 

 

 Attirer des fonds internationaux

 

La conservation et la gestion durable du Bassin du Congo sont importantes du point de vue des moyens de subsistance, de la biodiversité et de la régulation des régimes climatiques et pluviométriques, aux niveaux local et mondial. Les enjeux sont si importants qu'il est dans l'intérêt du monde de préserver ces forêts et les services qu'elles fournissent.

 

 Les pays d'Afrique centrale pourraient commencer par améliorer la gouvernance de la gestion de l'APD et réduire la perception des risques parmi les investisseurs privés et les donateurs. Les contributions du secteur privé ont été très modestes jusqu'à présent, mais l'amélioration de questions telles que la sécurité foncière et la sécurité juridique pourrait attirer de nouveaux investissements.

 

 L’un des moyens pour y arriver serait, par exemple, la certification du bois d'œuvre, la restauration des paysages forestiers et des plans de gestion environnementale et sociale d'entreprise comme moyen de compenser leurs émissions de carbone.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

La Facilitation sortante (Royaume de Belgique) et entrante (Allemagne) du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur sortant du Royaume de Belgique du PFBC et l’Honorable Dr Christian Ruck, Facilitateur de la République Fédérale d’Allemagne du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et vous présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC