GALF: ...A vendu plus de 500 chimpanzés, 1 an d’emprisonnement ! - Une décision historique prononcée hier contre des dealers de grands singes à Conakry !

 

docs/news/Juin-Aout-2013/GALF_Ousmane et chimps_GALF.jpgAu terme de 6 mois de combat judiciaire, l’équipe du GALF a remporté une grande victoire, les dealers que nous avions arrêtés à Conakry le 29 janvier 2013 au cours d’une opération mixte d’INTERPOL, du Ministère de l’Environnement et GALF, LAGA et PALF, ont été ont été condamnés hier aux plus lourdes peines que le pays ai prononcé pour les crimes fauniques !

 

Le Tribunal de Première Instance de Dixinn a condamné Ousmane Diallo, un trafiquant majeur de grand singe admettant avoir vendu 500 chimpanzés, à 1 an de prison ferme ainsi qu’au paiement de 50 000 000 gnf (6666 US$) de dommages et intérêt pour le Ministère de l’Environnement.  Ses deux complices, Thierno Mamadou Diallo et Mamadou Alimou Bah, ont été condamnés à 6 mois de prison ferme et au paiement de 15 000 000 gnf (2000 US$). Ousmane Diallo est actuellement en fuite, un mandat d’arrêt a été délivré par le Tribunal et nous espérons pouvoir le trouver rapidement afin d’appliquer la sentence.

 

docs/news/Juin-Aout-2013/GALF_Ousmane3.jpgL’enquête, menée par l’équipe de GALF durant 9 mois et comprenant 10 enregistrements de caméra cachés, a révélée de nombreuses informations sur le trafic international de grands singes.

 

Ousmane Diallo a révélé avoir vendu plus de 500 chimpanzés depuis 1994, également des hyènes, panthères, un lionceau et des milliers d’oiseaux. Il travaillait avec des dealers spécialisés dans l’exportation de chimpanzés entre la Guinée et la Chine et était connecté à de nombreux réseaux criminels sur le continent Africain et dans le monde. Selon l’étude de Jane Goodall Institute pour récupérer 1 bébé chimpanzé vivant 10 membres de son groupe sont tués, ce qui signifie que Ousmane Diallo est responsable de l’abattage de 5000 chimpanzés ! C’est probablement le plus grand trafiquant de grands singes jamais poursuivi en Afrique.

 

docs/news/Juin-Aout-2013/GALF_chimpa30.jpgBriser ces réseaux va nécessiter un réel engagement des autorités guinéennes car de grands criminels profitent du manque de volonté politique et de la légèreté des peines encourues. Mais cette fois-ci le résultat est excellent, 1 an de prison ferme est la plus forte peine prévue par la loi guinéenne pour ce type de délit, c’est une décision historique et pour la 1ère fois la Justice envoi un message contre l’impunité, c’est un véritable progrès pour le crime faunique en Guinée.

 

Ces dealers étaient capable d’exporter de grandes cargaisons de perroquets régulièrement, allant jusqu’à vendre illégalement des espèces provenant de lointains pays, comme des autruches, des gris du Gabon, des aras du Brésil, des cacatoès d’Australie ou des oiseaux indiens. C’est la première fois que nous voyons ces espèces importées dans cette région du continent et ceci nous aide à comprendre les nouvelles tendances dans le commerce illégal d’espèce sauvages en Guinée.

 

Lors de l’opération, plus de 150 oiseaux d’une dizaine d’espèces ont été confisqué chez lui et ses complices. Tous ont été réhabilités et relâché dans la nature, le dernier groupe de perroquets ayant été relâché le 28 juillet. Ainsi, les oiseaux retrouvent leur liberté et les dealers vont en prison !

 

Il faut saluer l’engagement exceptionnel du Ministre de l’Environnement qui a accordé un soutien fort dans cette affaire et qui montre une nouvelle fois que le changement est possible en Guinée.

 

Rappelons que le  2 mars 2013 à Bangkok, les Etats Parties à la CITES ont décidées unanimement de suspendre le commerce des espèces CITES avec la Guinée. La sanction a été infligée car la Guinée a délivrée de nombreux permis CITES frauduleux pour exporter illégalement 130 chimpanzés et 10 gorilles vers la Chine. Les activités illégales de ce genre de trafiquants majeurs ont largement participées à discréditer la Guinée mais avec de telles peines dissuasives, l’espoir renait !

 

Voici quelques passages des enregistrements cachés sur ces dealers de grands singes :

 

Bien sur, j’ai vendu plus de 500 chimpanzés depuis 1994. Souvent, je peux prendre 10 ou 15 chimpanzés. On a des clients de ça. Hééé, j’ai vendu ça en quantité, en quantité, beaucoup même ! Le dernier chimpanzé j’ai vendu 1500$. Avant, on en trouvait partout, c’était moins cher, même à 25 000 GNF (3 us$) ou 50 000 GNF pour un.

 

Regarde tout ça c’est des caisses vides, ces des caisses pour exporter les chimpanzés, on peut mettre 2 dedans.  Et encore, il y a presque 20 patrons ici qui font l’exportation de chimpanzés. On se connait très bien. Eux aussi ils viennent payer avec moi. Jusqu’à présent, ils font l’exportation. Tu sais leurs colis c’est par vol que ça part donc chaque envoi ils ont besoin de papiers et chaque semaine ils envoi des chimpanzés.

 docs/news/Juin-Aout-2013/Galf-chimpa13.jpg

Oui ils sont protégés, c’est interdit, même ceux qui font l’export c’est en coulis, ils mélangent avec beaucoup d’oiseaux, malgré qu’ils ont les papiers ils cachent les chimpanzés, pas au niveau d’ici en Guinée mais chez les blancs, les blancs aussi savent comment faire passer là bas, tu comprends ?

 

Le bateau de pêche espagnol de LAS PALMAS, à chaque fois, ils achètent des chimpanzés avec des perroquets, en grande quantité.

 


Lion et panthère, on gagne ça mais ça passe vite.

 

Ca c’est les Aras du Brésil, 6 930 US$ la paire, tu connais la forêt amazonienne ça vient de là bas, je peux avoir 10 ou 20  paires. Au plus tard pour que ça quitte le Brésil et arrive ici il faut 10 jours. J’ai un bon fournisseur là bas. Les perroquets gris, je peux en avoir 100 à 200 rapidement ». Les gris avec queue rouge ça vient d’Afrique Central et c’est très cher.

 

De 1986 jusqu’à 2000, au nom de dieu je peux te dire qu’à Conakry il n’y a pas quelqu’un de plus riche que moi. Je ne suis pas encore un multi millionnaire mais je suis un millionnaire.

 

« Si tu veux les papiers du Ministère, je peux le faire en mon nom, tous les gens qui font les papiers là bas aux Eaux et Forêt, à l’aéroport, en ville, tout le monde me connait très bien. Les licences, c’est pas difficile à avoir ici. En Guinée, pour que ça sorte, c’est comme bonjour.

 

En Afrique, j’ai le contact partout, jusqu’en Afrique centrale. Même ceux qui sont à Dakar, à Abidjan, à Ouaga, à Niamey, à Bamako. Quand tu dis mon nom, ils me connaissent.

 

Source: Charlotte Houpline
Coordinateur du GALF-Application de la Loi Faunique, Président de Wara Conservation Project
Conakry - République de Guinée
Tel: +224 62613549
www.wara-enforcement.org

 

Images credit: Charlotte Houpline

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC