Partage d’expériences des pays de la COMIFAC sur les projets pilotes REDD+ de la République Démocratique du Congo

 

Dans le cadre des activités du projet régional de renforcement des capacités institutionnelles en matière de REDD+ (PREREDD+), financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et mis en œuvre par la COMIFAC, un voyage d’échange à été organisé en République Démocratique du Congo du 11 au 17 Août 2013 conformément à son plan d’action...

 

Bien vouloir télécharger le rapport sur  le Partage d’expériences des pays de la COMIFAC sur les projets pilotes REDD+ de la République Démocratique du Congo

 

Ce voyage d’échange d’expérience a réunis 10 participants venant des coordinations nationales REDD+ des pays de l’espace COMIFAC concernés par le projet régional dont : le Cameroun, la RD-Congo, la Guinée Equatoriale, la République Centrafricaine, et le Gabon. En plus, y ont pris part les organisations de la société civile régionales impliquées dans la REDD+. L’objectif poursuivi dans le cadre de cette activité par les organisateurs, était de favoriser le partage des expériences de la RDC avec les participants des autres pays de l’espace COMIFAC concernés par le projet régional REDD+, de façon spécifique il s’agissait de promouvoir le cadre d’échange d’information et de partage d’expériences afin de stimuler l’apprentissage des pays sur cette thématique ; de fournir aux points focaux des informations pertinentes pour les aider dans le cadre des négociations internationales et de contribuer au renforcement des capacités des experts du domaine.

 

Pendant 07 jours de mission, il a été question des :

 

  • Séances de travail avec : la Coordination nationale REDD+ RDC, le Ministre provincial en charge de l’agriculture, la pêche ; l’levage ; le développement rural et de l’Environnement, les porteurs du projet pilotes de Mambasa et d’Isangi;le Conseil Agricole Rural de Gestion (CARG).

 

 Il a été question pour les participants de prendre attache avec les autorités et de leur présenter les objectifs de leur mission sur le sol de la RDC ainsi que les résultats attendus. Ces échanges ont été une occasion d’étayer les autorités sur les points d’ombre, au sujet du niveau d’information des différents acteurs politiques locales pour une meilleure appropriation du projet. Par ailleurs avec les promoteurs de projets, il a été question de partager sur leur expérience (success story et les difficultés rencontrées dans le mise en œuvre du projet) dans la réalisation de ces projets.

 

  • Des visites à des haute personnalités de république dont : le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme (MECNT) et  le Gouverneur de la Province Orientale.

Il s’est agit pour les participants de s’acquitter de leur devoir de civilités envers ces autorités. Cette visite s’est présentée comme une opportunité pour ces personnalités de la république de s’en querir de l’état d’avancement des projets pilotes mis en œuvre dans leur zone de compétence. Et en suite de contribuer à leur manière pour la réussite de la mission,

 

  • Descente dans les communautés et Visite du dispositif d’évaluation de stock de carbone à Lilanda. Dans un premier temps, les participants ont eu des échanges avec les membres de la communauté. ceci a été une occasion d’aborder des préoccupations majeures des communautés liées à la prise en charge financière des activités, que la communauté trouve insuffisante et le temps imparti aux accompagnateurs pour le projet qui ne permet pas de réaliser leurs activités. Dans la communauté de Lilanda, les participants ont visité les parcelles d’expérimentations pour l’évaluation du stock de carbone, où ils se sont imprégner de la méthodologie employées pour le choix des sites, la disposition des placettes, les méthodologies et dispositifs de collecte des DBH et hauteurs d’arbre.

 


Au terme de ces sept Jours de voyage d’échange, les participants ont noté des leçons et fait de recommandations.

 

En terme de leçons apprises, on note:

  • La faible implication et le manque d’appropriation des autorités politiques locales et des communautés locales ont un impact négatif sur la réussite des projets.
  • Le déficit de communication et l’insuffisance des consultations des parties prenantes en général et des populations en particulier, qui ont des impacts sur la compréhension du mécanisme REDD+ et sur la mise en œuvre des projets. 

Concernant les recommandations formulées, on citerait:

  • Que des stratégies soient développées pour assurer une implication et une appropriation efficaces par les parties prenantes, déterminante pour la réussite dans la mise en œuvre du processus et des projets de terrain
  • Qu’une stratégie de communication et de consultations spécifique à chaque cible soit développée,
  • Que les rôles et responsabilités des différents acteurs soient clarifiés dans le montage institutionnel du projet par les porteurs de projets,
  • Que la présence des experts internationaux soient mise à contribution pour l’élaboration des stratégies de transfert de compétences,
  • Que les procédures de mise en œuvre des activités tiennent compte des différentes lenteurs administratives des bailleurs de fonds et que les porteurs de projet s’assurent qu’ils connaissent les procédures et les respectent.
  • Qu’une étude préalable destinée à déterminer les forces en présence, le rapport de force dans chaque village et regrouper les différentes parties en conflit pour les habituer à travailler ensemble soit faite en amont pour la gestion préventive des conflits intercommunautaires,
  • Que le choix des logiciels de gestion financière soit compatible avec les standards internationaux proposés par les bailleurs,
  • Que les images orthorectifiées  soient utilisées comme images satellitales pour la cartographie et le SIG,

 

Cette série de recommandations est venue clôturées ce voyage d’échange plein de découvertes et d’expériences, hautement appréciés par les participants venus des pays de la COMIFAC concernés par les projet Régional REDD+.

 

Bien vouloir télécharger le rapport sur  le Partage d’expériences des pays de la COMIFAC sur les projets pilotes REDD+ de la République Démocratique du Congo

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC