SE COMIFAC : Le Groupe de Travail Gouvernance « boosté » à l’atelier de restitution de la note conceptuelle du groupe

-->

 

Les participants d’un commun accord adoptent pour plus d’efficacité trois « Sous Groupes » (S.G) au sein du GT gouvernance forestière de la COMIFAC : (1) S.G Légalité - Flux transfrontalier (2) S.G Aménagement- Certification (3) S.G Schéma d’utilisation des terres forestières

 

Yaoundé (Cameroun), 11 octobre 2011 -  S’est tenu au Monastère du Mont Fébé, l’atelier de restitution de la note conceptuelle  « Groupe de Travail Gouvernance Forestière ». Organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui financier du projet GIZ d’Appui à la COMIFAC, l’atelier  poursuivait deux objectifs à savoir d’une part la restitution de la note conceptuelle par le consultant mandaté pour cette étude et, d’autre part les échanges et suggestions des participants sur les orientations thématiques clés pour le « Groupe de Travail Gouvernance Forestière ». Y ont pris part aux travaux, des membres du Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, des représentants des organisations internationales (GIZ, Banque Mondiale, FAO, WWF, USFS, UICN) et du secteur privé (Groupe ALPICAM, JMN), et le représentant de la Facilitation du PFBC.

 

La cérémonie d'ouverture  a été ponctuée par le mot de bienvenue de Thorsten HUBER, Conseiller Technique, projet GIZ d’appui à la COMIFAC et celui d’ouverture du Secrétariat Exécutif Adjoint  (S.E.A.)  de la COMIFAC Martin TADOUM qui ont tour à tour vivement salué l’importance d’un groupe de travail sur la gouvernance forestière du fait qu’il constituerait un outil d’appui conséquent pour le suivi et la coordination des activités au niveau de la COMIFAC.  Les travaux se sont poursuivis par la présentation du Consultant Jean Marie Noiraud de la note conceptuelle du  « Groupe de Travail Gouvernance Forestière ». 


 

D’un bref historique des temps forts de la COMIFAC, M. Noiraud a relevé la logique du concept de gouvernance forestière et la démarche à suivre. Aussi a-t-il souligné l’expérience des groupes de travail créés antérieurement qui a fait montre d’un certain manque de précision tant au niveau de la définition des thématiques que du fonctionnement en lui-même. A cet effet,  il a mis en exergue trois points qui sont dorénavant de rigueur pour qu’un GT COMIFAC puisse désormais fonctionner: (1) Enjeu précis (éviter la formalisation et privilégier la fonctionnalité); (2) Echéance précise (choses attendues et qui doivent être livrées); (3) Timing (objectifs bien définis et résultats atteints dans les délais). M. Noiraud pour finir  insisté sur «l’accord sur le contrôle forestier», axe central des différentes thématiques sus évoqués, et que sa mise en œuvre au niveau bois et gestion forestière est une priorité pour la sous-région et a conclu par une proposition de sous-groupes de travail accompagnée de leurs orientations déclinées.


 

Sous la présidence de Monsieur le S.E.A.  de  la COMIFAC Martin TADOUM, les participants après des échanges intenses et fructueux ont pu s’accorder sur l’ancrage des sous-groupes, leurs fonctionnalités et les principaux axes de travail. Ainsi, de commun accord il a été convenu pour  plus d’efficacité qu’il y aurait trois sous-groupes au sein du « Groupe de Travail Gouvernance Forestière »: (1) S.G Légalité / Flux transfrontalier (2) S.G Aménagement / Certification (3) S.G Schéma d’utilisation des terres forestières.  Par ailleurs, tous, les partenaires présents se sont positionnés dans l’un ou deux ou même les trois sous groupes, assurant généralement de leur disponibilité à contribuer aux coûts de l’exercice. Au sujet de la modération de chaque sous groupe, les participants ont  préféré  laisser un peu de temps pour des consultations et concertations entre les partenaires avant de prendre prochainement une décision. « Dans l’immédiat, il revient à la GIZ et donc à  monsieur Thorsten Huber d’accompagner le processus pour que le système puisse prendre corps ». Enfin, les participants ont formulé sept recommandations pour la mise en place et l’opérationnalisation du GG et ses sous groupes.

 

En conclusion des travaux intenses, les discussions constructives et les résultats concrets de cet atelier de restitution ont confirmé la contribution importante que le « Groupe de Travail Gouvernance Forestière » se veut d'apporter pour garantir la gestion durable, la conservation et le développement communautaire en Afrique Centrale.


-->

Disponible en téléchargement :

Compte rendu du« Groupe de Travail Gouvernance Forestière »

♦ La Présentation de M. Jean Marie Noiraud

 ♦ La note conceptuelle du « Groupe de Travail Gouvernance Forestière »

 

 

 

Les participants d’un commun accord adoptent pour plus d’efficacité trois « Sous Groupes » (S.G) au sein du GT gouvernance forestière de la COMIFAC : (1) S.G Légalité - Flux transfrontalier (2) S.G Aménagement- Certification (3) S.G Schéma d’utilisation des terres forestières

 

Yaoundé (Cameroun), 11 octobre 2011 -  S’est tenu au Monastère du Mont Fébé, l’atelier de restitution de la note conceptuelle  « Groupe de Travail Gouvernance Forestière ». Organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui financier du projet GIZ d’Appui à la COMIFAC, l’atelier  poursuivait deux objectifs à savoir d’une part la restitution de la note conceptuelle par le consultant mandaté pour cette étude et, d’autre part les échanges et suggestions des participants sur les orientations thématiques clés pour le « Groupe de Travail Gouvernance Forestière ». Y ont pris part aux travaux, des membres du Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, des représentants des organisations internationales (GIZ, Banque Mondiale, FAO, WWF, USFS, UICN) et du secteur privé (Groupe ALPICAM, JMN), et le représentant de la Facilitation du PFBC.

 

La cérémonie d'ouverture  a été ponctuée par le mot de bienvenue de Thorsten HUBER, Conseiller Technique, projet GIZ d’appui à la COMIFAC et celui d’ouverture du Secrétariat Exécutif Adjoint  (S.E.A.)  de la COMIFAC Martin TADOUM qui ont tour à tour vivement salué l’importance d’un groupe de travail sur la gouvernance forestière du fait qu’il constituerait un outil d’appui conséquent pour le suivi et la coordination des activités au niveau de la COMIFAC.  Les travaux se sont poursuivis par la présentation du Consultant Jean Marie Noiraud de la note conceptuelle du  « Groupe de Travail Gouvernance Forestière ». 

 

D’un bref historique des temps forts de la COMIFAC, M. Noiraud a relevé la logique du concept de gouvernance forestière et la démarche à suivre. Aussi a-t-il souligné l’expérience des groupes de travail créés antérieurement qui a fait montre d’un certain manque de précision tant au niveau de la définition des thématiques que du fonctionnement en lui-même. A cet effet,  il a mis en exergue trois points qui sont dorénavant de rigueur pour qu’un GT COMIFAC puisse désormais fonctionner: (1) Enjeu précis (éviter la formalisation et privilégier la fonctionnalité); (2) Echéance précise (choses attendues et qui doivent être livrées); (3) Timing (objectifs bien définis et résultats atteints dans les délais). M. Noiraud pour finir  insisté sur «l’accord sur le contrôle forestier», axe central des différentes thématiques sus évoqués, et que sa mise en œuvre au niveau bois et gestion forestière est une priorité pour la sous-région et a conclu par une proposition de sous-groupes de travail accompagnée de leurs orientations déclinées.

 

Sous la présidence de Monsieur le S.E.A.  de  la COMIFAC Martin TADOUM, les participants après des échanges intenses et fructueux ont pu s’accorder sur l’ancrage des sous-groupes, leurs fonctionnalités et les principaux axes de travail. Ainsi, de commun accord il a été convenu pour  plus d’efficacité qu’il y aurait trois sous-groupes au sein du « Groupe de Travail Gouvernance Forestière »: (1) S.G Légalité / Flux transfrontalier (2) S.G Aménagement / Certification (3) S.G Schéma d’utilisation des terres forestières.  Par ailleurs, tous, les partenaires présents se sont positionnés dans l’un ou deux ou même les trois sous groupes, assurant généralement de leur disponibilité à contribuer aux coûts de l’exercice. Au sujet de la modération de chaque sous groupe, les participants ont  préféré  laisser un peu de temps pour des consultations et concertations entre les partenaires avant de prendre prochainement une décision. « Dans l’immédiat, il revient à la GIZ et donc à  monsieur Thorsten Huber d’accompagner le processus pour que le système puisse prendre corps ». Enfin, les participants ont formulé sept recommandations pour la mise en place et l’opérationnalisation du GG et ses sous groupes.

 

En conclusion des travaux intenses, les discussions constructives et les résultats concrets de cet atelier de restitution ont confirmé la contribution importante que le « Groupe de Travail Gouvernance Forestière » se veut d'apporter pour garantir la gestion durable, la conservation et le développement communautaire en Afrique Centrale.

 

Disponible en téléchargement :

·         La note conceptuelle du « Groupe de Travail Gouvernance Forestière »

·         La Présentation de M. Jean Marie Noiraud

 

-->

Les participants d’un commun accord adoptent pour plus d’efficacité trois « Sous Groupes » (S.G) au sein du GT gouvernance forestière de la COMIFAC : (1) S.G Légalité - Flux transfrontalier (2) S.G Aménagement- Certification (3) S.G Schéma d’utilisation des terres forestières

 

Yaoundé (Cameroun), 11 octobre 2011 -  S’est tenu au Monastère du Mont Fébé, l’atelier de restitution de la note conceptuelle  « Groupe de Travail Gouvernance Forestière ». Organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui financier du projet GIZ d’Appui à la COMIFAC, l’atelier  poursuivait deux objectifs à savoir d’une part la restitution de la note conceptuelle par le consultant mandaté pour cette étude et, d’autre part les échanges et suggestions des participants sur les orientations thématiques clés pour le « Groupe de Travail Gouvernance Forestière ». Y ont pris part aux travaux, des membres du Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, des représentants des organisations internationales (GIZ, Banque Mondiale, FAO, WWF, USFS, UICN) et du secteur privé (Groupe ALPICAM, JMN), et le représentant de la Facilitation du PFBC.

 

La cérémonie d'ouverture  a été ponctuée par le mot de bienvenue de Thorsten HUBER, Conseiller Technique, projet GIZ d’appui à la COMIFAC et celui d’ouverture du Secrétariat Exécutif Adjoint  (S.E.A.)  de la COMIFAC Martin TADOUM qui ont tour à tour vivement salué l’importance d’un groupe de travail sur la gouvernance forestière du fait qu’il constituerait un outil d’appui conséquent pour le suivi et la coordination des activités au niveau de la COMIFAC.  Les travaux se sont poursuivis par la présentation du Consultant Jean Marie Noiraud de la note conceptuelle du  « Groupe de Travail Gouvernance Forestière ». 

 

D’un bref historique des temps forts de la COMIFAC, M. Noiraud a relevé la logique du concept de gouvernance forestière et la démarche à suivre. Aussi a-t-il souligné l’expérience des groupes de travail créés antérieurement qui a fait montre d’un certain manque de précision tant au niveau de la définition des thématiques que du fonctionnement en lui-même. A cet effet,  il a mis en exergue trois points qui sont dorénavant de rigueur pour qu’un GT COMIFAC puisse désormais fonctionner: (1) Enjeu précis (éviter la formalisation et privilégier la fonctionnalité); (2) Echéance précise (choses attendues et qui doivent être livrées); (3) Timing (objectifs bien définis et résultats atteints dans les délais). M. Noiraud pour finir  insisté sur «l’accord sur le contrôle forestier», axe central des différentes thématiques sus évoqués, et que sa mise en œuvre au niveau bois et gestion forestière est une priorité pour la sous-région et a conclu par une proposition de sous-groupes de travail accompagnée de leurs orientations déclinées.

 

Sous la présidence de Monsieur le S.E.A.  de  la COMIFAC Martin TADOUM, les participants après des échanges intenses et fructueux ont pu s’accorder sur l’ancrage des sous-groupes, leurs fonctionnalités et les principaux axes de travail. Ainsi, de commun accord il a été convenu pour  plus d’efficacité qu’il y aurait trois sous-groupes au sein du « Groupe de Travail Gouvernance Forestière »: (1) S.G Légalité / Flux transfrontalier (2) S.G Aménagement / Certification (3) S.G Schéma d’utilisation des terres forestières.  Par ailleurs, tous, les partenaires présents se sont positionnés dans l’un ou deux ou même les trois sous groupes, assurant généralement de leur disponibilité à contribuer aux coûts de l’exercice. Au sujet de la modération de chaque sous groupe, les participants ont  préféré  laisser un peu de temps pour des consultations et concertations entre les partenaires avant de prendre prochainement une décision. « Dans l’immédiat, il revient à la GIZ et donc à  monsieur Thorsten Huber d’accompagner le processus pour que le système puisse prendre corps ». Enfin, les participants ont formulé sept recommandations pour la mise en place et l’opérationnalisation du GG et ses sous groupes.

 

En conclusion des travaux intenses, les discussions constructives et les résultats concrets de cet atelier de restitution ont confirmé la contribution importante que le « Groupe de Travail Gouvernance Forestière » se veut d'apporter pour garantir la gestion durable, la conservation et le développement communautaire en Afrique Centrale.

 

Disponible en téléchargement :

·         La note conceptuelle du « Groupe de Travail Gouvernance Forestière »

·         La Présentation de M. Jean Marie Noiraud

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Jeune Afrique - Tribune Libre - Alain Karsenty, CIRAD : Du bon usage de la fiscalité́ pour protéger les forêts

Aujourd’hui, de nombreux produits sont exemptés de droits de douane à l’entrée dans l’UE (soja, cacao...) ou faiblement taxés (huile de palme). Bruxelles devrait augmenter le niveau de ces droits pour les productions « à risque » qui ne seraient pas labellisées « zéro déforestation » .... Relire aussi sur le site du PFBC : CIRAD-Réduction de la fiscalité forestière pour les concessions certifiées avec compensation aux États.

En savoir plus...

RFI- Congo-Brazzaville: Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans le Nord

Dans une enquête publiée conjointement avec le journal en ligne Mediapart et le quotidien allemand Der Spiegel, l'ONG britannique Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans la zone des tourbières située au nord du Congo, la zone dite de la Cuvette centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020