L’IPBES (Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques) désormais en place

 

Les travaux de la première réunion de l’IPBES a permis d’une part de finaliser la mise en place de l'IPBES (Élection des membres du Bureau et du Groupe d'Experts Multidisciplinaire et les liens avec le système des Nations Unies) et d’autre part d'avancer sur son programme de travail afin de la rendre opérationnelle le plus rapidement possible.

 

Bonn (Allemagne), 21-26 janvier 2013- S’est tenue la première réunion de la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques ( en anglais Intergovernmental Science Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services).  


Organisée sous l’égide du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), par le Secrétariat de l’IPBES, la réunion de Bonn a rassemblé plus de 500 participants. Y ont  pris part les représentants des gouvernements membres et non membres de l’IPBES, des organisations et des conventions des Nations Unies, des organisations intergouvernementales, des organisations non gouvernementales, et divers groupes d’intervenants.

 

La session d’ouverture a connu quatre allocutions successivement faites par : Nick Nuttall du PNUE, Ursula Heinen-Esser, Secrétaire d’État Parlementaire au Ministère fédéral allemand de l'Environnement, de la Conservation de la nature et de la Sécurité nucléaire, le Maire de Bonn, et Achim Steiner, Directeur Exécutif du PNUE.

 

Outre l’élection de Zakri Abdul Hamid (Malaisie) comme Président de l’IPBES et Robert Watson (Royaume-Uni) comme Vice-Président, des décisions ont été prises durant la pleinière à savoir:

  • ♦ L’adoption du Règlement intérieur régissant la Plénière de la Plate-forme;
  • ♦ L‘adoption de la politique régissant l’admission des observateurs à l’IPBES ;
  • ♦ L’élection des 25 membres du Groupe d'Experts Multidisciplinaire (GEM);
  • ♦ La prise en compte de la proposition commune sur l’administration du Secrétariat de l’IPBES présentée par le PNUE, l’UNESCO, la FAO et le PNUD;
  • ♦ La poursuite de l’examen des liens entre l’IPBES et le système des Nations Unies;
  • ♦ L’adoption du projet de décision sur l’état des contributions et sur le budget initial de la Plate-forme pour 2013.

 

En termes de recommandations la plénière invite entre autres:


  • ♦le GEM et le Bureau d’IPBES à élaborer un projet de programme de travail pour la période 2014-2018, indiquant les demandes, contributions et suggestions pertinentes déjà faites;
  • ♦le Secrétariat de l’IPBES à soumettre aux membres, observateurs et intervenants un projet de programme de travail comprenant des estimations indicatives des coûts préparés en consultation avec le Bureau pour leurs observations, et à compiler les observations reçues pour examen par le GEM et le Bureau avant l’IPBES 2;
  • ♦le Secrétariat à apporter son soutien au GEM pour l’organisation d’un atelier d’experts et d’intervenants multidisciplinaire et équilibré sur le plan de la représentation régionale ;
  • ♦le GEM à recommander d’éventuelles procédures et approches pour examen par l’IPBES 2 permettant de travailler avec différents systèmes de connaissance ;
  • ♦le GEM à recommander, pour adoption par l’IPBES 2, un cadre conceptuel qui traite avec efficacité de l’objectif, des fonctions et des principes de fonctionnement pertinents de l’IPBES ainsi que des relations entre eux;
  • ♦le Secrétariat à engager un processus de large  consultation annoncé, impliquant les membres, les observateurs et les intervenants, sur le projet de stratégie pour la participation des intervenants, et à en présenter une version révisée pour examen à l’IPBES 2.

  

Sur IPBES :

L’IPBES (Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques) a été formellement mise en place, lors d’une Assemblée plénière qui s’est tenue à Panama du 16 au 21 avril 2012, sous l’égide du PNUE.  L’IPBES a pour objectif global d’établir un dialogue au plus haut niveau entre scientifiques et politiques pour relever les défis de la biodiversité. Il s’agit d’établir une organisation intergouvernementale indépendante qui s’efforcera de traduire dans les faits les informations scientifiques à destination des décideurs politiques dans l’optique d’un dialogue science-politique renforcé. À l’image du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), l’IPBES vise à rapprocher les scientifiques des décideurs politiques en donnant une réponse à la fois locale et globale à l'érosion de la biodiversité. Face à un domaine où les forces sont dispersées (multitudes de champs scientifiques et d’échelles d’observation), elle permettra de mobiliser l’expertise, de connecter les données et de synthétiser toutes les connaissances.

 

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir consulter  les sites web de la Fondation biodiversité et de l’IISD

 

 

Bien vouloir télécharger et/ou consulter :


 

  • 16-21 avril 2012 : Compte rendu de la deuxième session de la Réunion plénière sur la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques : http://www.iisd.ca/vol16/enb16104f.html

 

  • ♦Vingt ans après le Sommet de la Terre de Rio et le lancement de la Convention sur la diversité biologique (CDB), 94 pays se sont engagés dans la construction d’une plate-forme intergouvernementale science-politique pour la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). En savoir plus, Télécharger la fiche explicative sur l'IPBES

 

  • ♦Gap analysis - document d'information produit pour la 2ème réunion intergouvernementale et multipartite concernant la mise en place de l'IPBES (Nairobi, octobre 2009)
  • ♦Conférence internationale « Biodiversité : science et gouvernance » (janvier 2005)

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SYNTHESES DES RAPPORTS D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - CAMEROUN - [Rapports produits en Septembre-Novembre 2019] via les procédures du SNOIE (SYSTEME NORMALISE D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - SNOIE)

Le Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), et ses délégations régionales de l’Est et du Centre ont depuis le 10 décembre 2019, sur leur table quatre rapports de dénonciations des cas d’exploitation forestière illégale dans les régions du Centre et de l’Est. Dans ces rapports produits par les OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015, plusieurs infractions présumées ont été relevées.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC