InfocongoTribune : La corruption et la déforestation illégale vont de pair

 

 

Le meilleur moyen de les combattre consiste à renforcer les droits fonciers des communautés et à consolider la démocratie, selon Brice Böhmer de Transparency International et Marie-Ange Kalenga de Fern.

 

 

Qu’ont en commun le Brésil, le Congo, le Honduras et le Vietnam? Ce sont tous des pays forestiers riches en ressources qui se trouvent au bas de l’Index de perception de la corruption (IPC), un outil mondial de mesure de la corruption dans le secteur public.

 

 

Ces pays sont tous situés dans les trois plus importants bassins de forêts tropicales du monde, qui abritent une part importante de la biodiversité mondiale. Le préserver est important non seulement pour le climat, mais également pour des milliards de femmes et d’hommes qui dépendent des ressources forestières pour survivre.

 

 

Depuis 1995, Transparency International effectue un classement de tous les pays sur l’IPC. Le dernier rapport est sans appel : la grande majorité des pays évalués ont peu ou pas progressé dans la lutte contre la corruption. C’est le cas de la plupart des pays africains disposant de vastes forêts.

 

 

L ‘impact de la corruption ne doit pas être sous-estimé

 

 

Environ 41 % des Africains vivent dans la pauvreté, alors même que l’on estime à 50 milliards de dollars les avoirs volés qui sont détournés chaque année hors du continent, montant qui pourrait être investi dans des emplois et des services sociaux. En Afrique subsaharienne, un citoyen sur deux déclare avoir payé un pot-de-vin pour des services fonciers tels que l’enregistrement d’un titre foncier pour le domicile familial. Dans les pays forestiers, les communautés locales et populations autochtones sont particulièrement exposées à la corruption. La collusion entre les intérêts puissants des entreprises et l’exploitation forestière illégale détruisent leurs moyens de subsistance et dégradent leur environnement.

 

 

L’Afrique centrale abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde et des ressources naturelles considérables, notamment des minéraux, du pétrole et du bois. Pourtant, de nombreux pays de la région affichent de très mauvaises performances en lien avec l’IPC. Certains sont aux prises avec une crise prolongée, tels que la République centrafricaine et la République démocratique du Congo (RDC) ; d’autres, comme le Cameroun, le Gabon et la République du Congo, sont confrontés à des troubles sociaux récurrents et à des élections contestées.

 

 

Il serait facile d’affirmer que ces pays aux nombreuses richesses naturelles souffrent d’une malédiction des ressources, mais la réalité est bien plus complexe.

 

L’absence d’espace démocratique véritable

 

 

Des institutions fortes et démocratiques sont essentielles pour lutter contre la corruption. Mais les groupes marginalisés n’ont toujours pas voix au chapitre. Les droits fonciers des peuples autochtones et des communautés locales continuent d’être violés ou non reconnus. Même lorsque ces droits sont reconnus, ils ne sont souvent pas exercés dans la pratique. Le manque d’accès à la justice et à l’information signifie que les communautés locales ne peuvent pas revendiquer leurs droits ni les retombées de l’exploitation forestière sur leurs terres.

 

 

Certains ont cependant le courage de s’exprimer, notamment en RDC où un ancien directeur du ministère chargé de la gestion des forêts a dénoncé le vol à grande échelle de fonds provenant du programme de protection des forêts REDD+ du pays.

 

En savoir plus....

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

La gestion participative pour une conservation durable des complexes d’aires protégées de BSB Yamoussa et du TNS

Du 14 au 16 août 2019 à Douala en République du Cameroun, s’est tenu, l’atelier de cadrage de l’évaluation socio-culturelle des services écosystémiques pour les populations autochtones et communautés locales de BSB Yamoussa et du TNS. Bien vouloir télécharger le Communiqué Final de l'atelier...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019