Journée Mondiale de l’Environnement2016 : Message du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon

 

 

Cette année, la Journée mondiale de l’environnement est l’occasion de braquer opportunément les projecteurs sur le commerce illicite des espèces sauvages. L’heure est grave. Des éléphants sont massacrés pour leurs défenses, des rhinocéros pour leur corne et des pangolins pour leurs écailles. Des tortues de mer aux tigres en passant par le bois de rose, des milliers d’espèces d’animaux et de plantes sauvages sont plus que jamais au bord de l’extinction.

 

Les entreprises et les individus impliqués dans ce commerce sont uniquement motivés par le profit à court terme, au détriment des bienfaits à long terme pour les collectivités et les habitats. Ils agissent bien souvent de connivence avec des réseaux et des groupes transnationaux de la criminalité organisée activement impliqués dans la déstabilisation de certains pays.

 

L’Organisation des Nations Unies et ses nombreux partenaires ont décidé de s’attaquer à ce commerce illicite, en fixant notamment des cibles claires en vue de mettre fin au braconnage dans le cadre des objectifs de développement durable, adoptés l’année dernière par l’ensemble des 193 États Membres. Le mois dernier, à la deuxième Assemblée des Nations Unies pour l’environnement, organisée à Nairobi, nous avons lancé l’initiative mondiale « Wild for Life », menée conjointement par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). L’objectif de cette initiative est d’inviter tout un chacun à s’engager à mettre fin au commerce illicite d’espèces sauvages ‒ des citoyens ordinaires qui peuvent veiller à ne pas acheter de produits interdits aux gouvernements qui peuvent faire changer les choses en mettant en œuvre des politiques efficaces visant à protéger les espèces et les écosystèmes.

 

L’Angola, qui accueille cette année les célébrations de la Journée mondiale de l’environnement, a fait savoir qu’il ne tolérerait plus la vente de produits illicites provenant d’espèces sauvages et qu’il s’attelait à renforcer la législation en vigueur et les contrôles aux frontières dans le cadre des efforts qu’il déploie en vue de reconstituer la population d’éléphants décimée par la guerre civile qu’a connue le pays. Les actions de ce type envoient un message fort : les espèces sauvages de plantes et d’animaux sont une ressource précieuse qu’il faut gérer de manière durable et protéger du commerce illicite.

 

À l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, j’exhorte les populations et les gouvernements des quatre coins du monde à vaincre l’indifférence, à lutter contre la cupidité et à préserver notre patrimoine naturel pour les générations présentes et futures.

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC