Braconnage des éléphants: Communiqué UNESCO et Note du Ministre d’Etat des Eaux, Forêts, Chasse, Pêche, de l’Environnement et de l’Ecologie - République Centrafricaine

 

Bien vouloir télécharger  et consulter:

♦ La note du Ministre d’Etat des Eaux, Forêts, Chasse, Pêche, de l’Environnement et de l’Ecologie - République Centrafricaine

 

♦ UNESCO : La Directrice Générale de l’UNESCO exprime sa vive préoccupation face à la recrudescence de la violence en République Centrafricaine, au cœur du complexe Tri-national de la Sangha.

 

La Directrice Générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé sa vive préoccupation face à la recrudescence de la violence armée, du braconnage et la destruction dans le Parc Dzanga-Sanga, en République Centrafricaine. Ce site fait partie du Tri-national de la Sangha, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012 et est situé au nord-ouest du Bassin du Congo, au point de rencontre entre le Cameroun, le Congo et le République Centrafricaine.

 

Des attaques répétées ont été perpétrées par des hommes en uniforme en avril 2013 dans le Parc national Dzanga-Sanga, situé au cœur du site « Sangha Triational site » (TNS) en République Centrafricaine. Les bâtiments administratifs de cette aire protégée ont essuyé de violents assauts qui ont entraîné de graves destructions et le pillage des équipements.

 

La Directrice Générale a exprimé sa préoccupation concernant la détérioration de la situation sécuritaire, la recrudescence du braconnage et l’assassinat d’éléphants dans ce Patrimoine mondial. Irina Bokova a envoyé un message au Premier Ministre centrafricain, lui demandant de prendre des mesures urgentes afin d’assurer la protection du parc et la sécurité des personnes.

 

« Après les évènements tragiques de la  Réserve d’Okapie en République Démocratique du Congo, ainsi qu’au Mali l’année dernière, voici un nouveau site du Patrimoine mondial qui pourrait être affecté par un conflit en Afrique. J’ai demandé aux autorités centrafricaines d’agir rapidement et de faire tout ce qui est possible pour restaurer l’ordre dans la région et assurer la conservation de l’aire protégée de Dzanga-Sanga. J’ai demandé aux autorités de la République du Congo et de la République du Cameroun, deux pays qui partagent ce site du Patrimoine mondial, de partager ce message avec les autorités de Bangui et de prendre toutes les mesures nécessaires afin d’assurer la protection des Parcs nationaux de Nouabalé-Ndoki et de Lobéké.

 

Situé au sud-ouest de la République centrafricaine, les aires protégées de Dzanga-Sanga font partie du site Tri-national de la Sangha (TNS), y compris les Parcs nationaux de Lobéké (au Cameroun) et Nouabalé Ndok (au Congo). Les gorilles de plaine et les éléphants de forêt sont deux espèces uniques qui vivent dans le parc. L’UNESCO soutien le site TNS depuis près de dix ans, avec des financements de la Fondation des Nations Unies, du Fond français pour l’environnement mondial et de la Commission européenne.

 

En outre, la Directrice Générale s’inquiète de la recrudescence de l’assassinat d’éléphants sur le continent africain. Environ 30 000 éléphants sont tués chaque année en Afrique.

 

Des sites du Patrimoine mondial en Afrique centrale sont menacés par le braconnage. De nombreux sites ont signalé une baisse importante de leurs populations d’éléphants, ainsi que d’autres grands mammifères. À ce jour, la population d’éléphants de forêt du TNS est l’une des plus protégée d’Afrique centrale. Cependant, les experts craignent que des groupes organisés de braconniers ne profitent de la situation politique actuelle pour étendre leurs opérations dans la région.

 

Pour en savoir plus, bien vouloir télécharger le texte complet du communiqué  de la Directrice de l’UNESCO disponible qu’en anglais

 

Le texte original de cet article en anglais  fait foi et est disponible sur le lien ci-après :

 

Bien vouloir consulter le site web officiel de l’UNESCO

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Cinq priorités pour les lois relatives à la foresterie communautaire en République du Congo

La foresterie communautaire peut avoir des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques en améliorant la gestion des forêts et les moyens de subsistance des communautés locales. Tanja Venisnik, conseillère en droit et politique publique à ClientEarth, explique que des lois claires et cohérentes sont indispensables au succès de la foresterie communautaire.

En savoir plus...

Alwihdainfo-Innovation environnementale : la tchadienne Hindou Oumarou remporte le prix Pritzker de 100 000 dollars

Native du Tchad, Hindou Oumarou reçoit 100 000 dollars pour un travail d'unification des cultures autour d'une ressource en eau qui se raréfie et qui dessert quatre pays africains.

En savoir plus...

mediaterre-Participation de la Francophonie à la CdP - COP25

À chaque Conférence des Parties négociant sur le climat depuis la CdP21 en 2015, la Francophonie a réservé et aménagé un Pavillon pour les acteurs francophones. Le pavillon mis à disposition permet durant deux semaines de la CdP permet d'abriter des événements, totalisant une participation de près de 2000 personnes à chaque édition. Cette expérience a toujours été couronnée de succès et beaucoup appréciée par les États et Gouvernements membres de la Francophonie ainsi que par les acteurs de la société civile et du privé!

En savoir plus...

SNOIE* I Note d’information I Numéro 8

Deux entreprises forestières dénoncées pour exploitation forestière illégale par le Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) suspendues.

En savoir plus...

Lemonde-Après le désistement du Chili, la COP25 sur le climat sera organisée en Espagne en décembre

Après le renoncement du président chilien, Sebastian Piñera, en raison des troubles dans le pays, l’Espagne organisera la conférence aux dates prévues, du 2 au 13 décembre.

En savoir plus...

Lemonde-L’Afrique incontournable pour conduire la transition énergétique mondiale

L’Afrique subsaharienne consomme à peine plus d’électricité que l’Espagne. C’est pourtant sur le continent que se joue une importante bataille contre le dérèglement climatique. A quelques semaines de la 25e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP25), l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publie, vendredi 8 novembre, un rapport que les négociateurs africains auraient tort de ne pas mettre dans leurs valises avant de s’acheminer vers Madrid. Ils y trouveront de solides arguments pour faire entendre leurs voix à côté des pays gros émetteurs de gaz à effet de serre. « La façon dont l’Afrique parviendra à satisfaire ses besoins énergétiques est cruciale pour l’avenir du continent, et du monde », posent d’emblée les auteurs de cette deuxième édition des Perspectives économiques de l’Afrique, une somme de près de 300 pages.

En savoir plus...

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019