Le Monde-Lee White : « Personne n’est prêt à payer le juste prix pour sauver les forêts tropicales »

 

 

Le ministre gabonais des forêts se félicite de la décision de la Norvège, qui va rémunérer Libreville pour ses efforts contre la déforestation, et rappelle l’urgence d’agir aux pays industrialisés.

 

 

Le Gabon pourrait recevoir jusqu’à 150 millions de dollars (136 millions d’euros) de la Norvège d’ici à 2025 pour préserver ses forêts, qui couvrent près de 90 % de son territoire et représentent 10 % des forêts du bassin du Congo. L’accord a été annoncé dimanche 22 septembre à New York, à la veille du Sommet pour le climat convoqué par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Il s’agit du premier accord de financement récompensant un pays africain pour le carbone séquestré grâce aux mesures prises pour lutter contre la déforestation ou préserver des forêts naturelles. Il sera mis en œuvre à travers l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI), qui réunit les pays du bassin du Congo et dont Oslo est le principal bailleur de fonds.

 

 

La nomination en juin de Lee White à la tête du ministère gabonais des forêts, de la mer et de l’environnement n’est certainement pas étrangère à la décision de la Norvège. Ce Britannique naturalisé gabonais, auparavant directeur de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), est depuis dix ans l’architecte jugé intègre de la politique gabonaise de conservation, dans un environnement miné par la corruption. Sa promotion intervient à la suite du vaste scandale du « kevazingogate », du nom du bois précieux au cœur d’un trafic orchestré par des sociétés chinoises avec la complicité de fonctionnaires locaux. L’affaire, révélée par l’ONG américaine Environmental Investigation Agency, a valu son poste à son prédécesseur et au vice-président, Pierre Claver Maganga Moussavou.

 

Tout en se félicitant de ce partenariat avec la Norvège, Lee White appelle à une discussion sur la valeur des forêts tropicales.

 

 

Que signifie pour le Gabon cet accord qualifié d’« historique » par la CAFI, qui aura pour tâche de le mettre en œuvre ?

 

Cet accord représente avant tout la reconnaissance du travail accompli au cours de nombreuses années. Depuis le début des années 2000, nous avons progressivement réformé le secteur forestier en imposant aux entreprises l’adoption de plans d’aménagement prévoyant une durée de rotation des coupes de plus en plus longue. L’interdiction d’exporter les grumes [troncs des arbres abattus] sans les transformer a aussi fait chuter la production de bois. La certification FSC [Forest Stewardship Council, le label de gestion durable le plus exigeant dans le domaine forestier], qui sera exigible de toutes les concessions d’ici à 2022, est la prochaine étape. Nous avons dans le même temps créé treize parcs nationaux pour placer sous protection plus de 20 % de la superficie du pays. La déforestation est quasiment nulle au Gabon.

 

 

Le récent scandale du « kevazingogate » a pourtant mis au jour un secteur forestier miné par des réseaux de corruption très sophistiqués. Comment pouvez-vous garantir à la Norvège que vous êtes en mesure d’en venir à bout ?

 

Des sanctions ont été prises et je n’ai pas parlé avec la Norvège de corruption mais de tonnes de CO₂, que nous nous engageons à séquestrer pour contribuer à la stabilisation du climat. Nous avons des moyens de surveillance satellitaire et, sur le terrain, des services de renseignements et de sécurité que je vais mobiliser. La réforme du Code pénal, entrée en vigueur le mois dernier, durcit considérablement les peines dans les cas de crimes environnementaux, qu’il s’agisse de braconnage d’espèces protégées, comme les éléphants, ou de trafic de ressources naturelles. Nous étions sur ce point en retard par rapport à d’autres pays de la région, ce n’est plus le cas. J’ajoute que nous avons signé début septembre un accord avec le ministère chinois de l’environnement sur la gestion durable des forêts, qui va nous aider à faire respecter nos lois. Le gouvernement chinois est tout à fait conscient que les agissements de certaines de ses sociétés sont mauvais pour sa réputation...

 

 

Lire la suite...

 

Voir l'interview...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

La Facilitation sortante (Royaume de Belgique) et entrante (Allemagne) du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur sortant du Royaume de Belgique du PFBC et l’Honorable Dr Christian Ruck, Facilitateur de la République Fédérale d’Allemagne du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et vous présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC