gabonreview-Pêche INN au Gabon : Sea Shepherd et l’ANPN en croisade

 

 

Organisé par Sea Shepherd Legal, le cabinet juridique de l’ONG environnementale Sea Shepherd Global, en collaboration avec l’ANPN, un atelier sur la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, dite «pêche INN» s’est ouvert, mardi 19 février, à Libreville. Il est prévu durer jusqu’à jeudi 21 février prochain, et voit la participation des représentants des ministères gabonais de la Mer, de l’Environnement et de la Justice. Durant trois jours, les participants entendent mettre en exergue «le patrimoine national du Gabon» et proposer «des politiques et pratiques visant à éliminer la pêche INN dans les eaux gabonaises».

 

 

Au cours de la première journée, Lee White, secrétaire exécutif de l’ANPN, a planté le décor en présentant «les trésors» de la biodiversité du Gabon, non sans énumérer «les menaces» auxquelles celle-ci est confrontée du fait de l’activité humaine. Il a mis l’accent sur l’importance de la protection des aires marines qui, selon lui, «permettra aux pêcheurs plus de poissons dans les années à venir». Mais pour y parvenir, estime-t-il, «il nous faut des institutions de protection fortes, au risque de tout perdre».

 

 

Emboitant le pas à Lee White, Catherine Pruett a quant à elle précisé que cet atelier vise notamment à «aider les Gabonais à avoir conscience des menaces liées à la pêche INN et de renforcer l’action des autorités judiciaires, pour leur permettre de faire face efficacement au phénomène». Selon le directeur exécutif, cofondateur de Sea Shepherd Legal, sur les 120 à 130 millions de tonnes de poissons prélevés dans les eaux à travers le monde, 25% sont capturés illégalement et 30% ne sont pas déclarés.

 

 

S’il estime la pêche INN dans le monde à 23 milliards de dollars chaque année, revue au contexte local, Koumba Kombila, informe que celle-ci est pratiquée par de plus en plus de bateaux étrangers, qui «viennent voler le poisson dans les eaux gabonaises». Pour le numéro 2 du Conseil national de la Mer (CNM), les conséquences de la pêche INN sont nombreuses, y compris pour la pêche artisanale sur le plan local. Celles-ci vont de la diminution des stocks à l’appauvrissement des populations, en passant par la réduction des tailles de capture, le non-respect des zones de pêche, l’augmentation des prix sue le marché et même la montée du braconnage. «C’est un cercle vicieux qui, on l’a vu, conduit à des tensions sociales».

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

La gestion participative pour une conservation durable des complexes d’aires protégées de BSB Yamoussa et du TNS

Du 14 au 16 août 2019 à Douala en République du Cameroun, s’est tenu, l’atelier de cadrage de l’évaluation socio-culturelle des services écosystémiques pour les populations autochtones et communautés locales de BSB Yamoussa et du TNS. Bien vouloir télécharger le Communiqué Final de l'atelier...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019