Deuxième session du Groupe de travail spécial sur la Plateforme de Durban pour une action renforcée (PDA)

 

Du 10 au 14 Mars 2014 à Bonn en Allemagne, s’est tenue la quatrième réunion de la deuxième session du Groupe de travail spécial sur la Plateforme de Durban pour une action renforcée ( PDA 2-4), relevant de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et qui a mobilisé près de 1071 participants, essentiellement des délégués gouvernementaux, des observateurs de la société civile, des universitaires, des institutions intergouvernementales et du secteur privé.

 

Cette rencontre visait à d’accélérer l’élaboration de l’accord de 2015 à travers des concertations ouvertes à tous en se servant de l’ordre du jour qui avait été adopté lors de la première réunion de la PDA 2 du 29 avril au 3 mai 2013, à Bonn.

 

Cette rencontre a été marquée par quatre grandes articulations où les participants se sont exprimés sans aucune complaisance. A savoir :

 

  1. 1.     La session plénière de bilan

Cette étape a permis aux participants d’élaborer un texte de négociation en prélude à la tenue de la CdP 20. Ceci grâce au débat lors des réunions d’experts thématiques, et sur le programme de la PDA et le mode de travail dans le cadre de l’axe de travail 1,

 

  1. 2.     Les concertations ouvertes à tous

 

Ici les sujets ayant fait l’objet de discussion lors de cette concertation ont porté sur le point 3 de l’ordre du jour, à savoir :

 

  • Les mesures d’adaptation : ici les participants ont centré leur réflexion sur des questions des mesures d’adaptation dans l’accord 2015,  des pertes , des dommages et des données requises pour l’objectif en matière d’adaptation.
  • Les contributions fixées au plan national (CFPN): il a était question de son champ d’application, de la différenciation entre les CFPN des pays industrialisés et celles des pays en développement ainsi que des données à inclure dans les CFPN.
  • Le financement, le transfert de technologie et le renforcement des capacités: Les parties ont examiné la manière dont les MMOE pourraient être reflétées dans l’accord de 2015, en s’appuyant sur ce qui a été réalisé jusqu’à présent. Avec un accent particulier sur le financement lié à la lutte contre le changement climatique et sur le renforcement des capacités.
  • L’atténuation : l’objectif poursuivi dans les discussions était d’aborder l’atténuation à l’échelle requise pour rester en dessous de la limite acceptable de 2°C pour le réchauffement et d’examiner la manière d’en tenir compte dans le nouvel accord. Pour cela la discussion a tourné autour de la détermination du cadre de l’atténuation, de la nature et du contenu des CFPN, des divers cadres de l’atténuation et l’évaluation des engagements.
  • L’équité et l’ambition : ici les délégués ont été encouragés à l’actualisation des principes d’équité et de RCMD dans le nouvel accord, et les voies et moyens de s’assurer que les mesures agissent comme des catalyseurs de l’ambition.
  • La transparence de l’action et du soutien : les délégués ont examiné la manière dont l’accord de 2015 peut s’appuyer sur les dispositions applicables à la transparence et les nouvelles dispositions pouvant être nécessaires. A cet effet, les discussions ont tourné autour de la transparence et de la confiance, des données concernant les CFPN et du processus de MNV et du système fondé sur des règles.

 

  1. 3.     Questions diverses

 

Cette étape de la conférence a permis aux participants d’aborder les questions qui n’ont pas été examinées, à savoir :

 

  • les mécanismes de marché et les mécanismes hors marché;
  • les approches intégrées d’adaptation et d’atténuation;
  • et un mécanisme de mise en conformité.

 

  1. 4.      Réunions d’experts techniques

 

Ici, deux groupes d’experts techniques ont tenu leur réunion à avoir celui sur les énergies renouvelables et celui sur l’efficacité énergétique. Dans les deux réunions, il a question de :

 

  • Les Politiques, pratiques et technologies – l’état de la situation mondiale ;
  • La mise en œuvre des actions: Le financement, le transfert de technologie et le renforcement des capacités ;
  • L’examen de la voie à suivre ;
  • Et le débat sur la voie à suivre.

 

L’élément ayant marqué cette conférence à été la tenue de l’atelier sur les préparatifs intérieurs des contributions escomptées déterminées au niveau national, oùL’Union Européenne a présenté son objectif qui est réduire de 40% les émissions de GES d’ici 2030, à réaliser par chaque pays de l’UE, et de parvenir à l’intégration d’au moins 27% d’ER, d’ici 2030, pour l’ensemble de l’UE.

 

Par la suite le délégué de l’UE a indiqué que les prochaines étapes comprendront l’examen du cadre pour 2030, par le Conseil européen, et sa communication en tant que contribution à la CdP 20.

 

Ces mesures prises par l’UE sont venues encouragées les participants dans la lutte contre le changement climatique d’où leur satisfaction à la fin de ce PDA 2-4 d’avoir atteint les objectifs fixés pour cette rencontre et l’espoir de voir des améliorations d’ici la tenue de la prochaine rencontre du PDA en Octobre.

 

Pour plus de détail sur le déroulement de cette conférence, bien vouloir consulter le rapport ici : http://www.iisd.ca/climate/adp/adp2-4/

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 novembre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Woodbois : 115ième membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo !

Bruxelles, Belgique, le 30 septembre 2019 : Woodbois Ltd. rejoint officiellement le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Dans le cadre du processus d'adhésion, Woodbois a présenté les documents requis et s'est engagée à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour la promotion de la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

En savoir plus...

Communique final des travaux de la dixième réunion du SGTAPFS

Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui technique et financier de la Coopération allemande à travers le projet GIZ d’appui régional à la COMIFAC, a organisé du 05 au 09 Novembre 2019 à Kigali au Rwanda, la dixième réunion du Sous- Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage (SGTAPFS). Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion…

En savoir plus...

OIBT - Plus de professionnels forestiers nécessaires dans le Bassin du Congo

Les marchés de consommation exigent de plus en plus la preuve de la légalité du bois, mais les pays du Bassin du Congo manquent encore de personnel qualifié pour mettre en place des mesures de durabilité et de légalité, selon Claude Kachaka Sudi, coordinateur régional du Réseau des institutions de formation forestière et environnementale en Afrique centrale (RIFFEAC).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019