Voaafrique-Le Cameroun et le Nigeria préoccupés par la sécurité de leur frontière commune

 

 

Les Gouverneurs des régions du Cameroun et États du Nigeria, des responsables administratifs et de sécurité ont discuté de la sécurité sur leur frontière commune pendant deux jours à Yaoundé mi-juillet.

 

 

Cinq régions du Cameroun partagent la même frontière avec le Nigéria, dont la région de l’Adamaoua qui a deux départements limitrophes. Cette proximité est parfois source de conflit.

 

 

"Parfois il y a quelques conflits agro-pastoraux", souligne Kildadi Taguieke, gouverneur de la région de l’Adamaoua au Cameroun.

 

 

"Les Nigérians qui entrent dans notre territoire", explique Kildadi Taguieke."Nous essayons de bien les accueillir et de prendre soin d’eux jusqu’à ce la situation se calme et ils rentrent chez eux. Concernant le bétail, le phénomène a été réduit, donc les deux pays sont vigilants concernant notre sécurité".

 

 

Depuis octobre 2016, les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest au Cameroun en zone anglophone, sont traversées par une crise qui a eu de l’impact au Nigeria qui accueille des déplacés et réfugiés camerounais dans l’Etat de Taraba.

 

 

Un afflux de personnes qui a fait naître la criminalité.

 

"Nous devons rendre nos choses difficiles aux criminels", a déclaré Dagari Yiase, secrétaire permanent aux affaires intérieures et spéciales de l’Etat de Taraba au Nigéria.

 

 

"Nous avons amené les sécessionnistes au quartier général de l’immigration", poursuit Dagari Yiase​. "Le gouvernement du Nigeria les a renvoyés au Cameroun. Vous pouvez même demander à votre gouvernement, ils vous le diront. Nous leur avons rapporté ce problème".

 

 

Le terrorisme avec les attaques de Boko Haram, les prises d’otages, la circulation des armes, sont autant de défis sécuritaires communs à la frontière entre le Cameroun et le Nigeria.

 

 

En savoir plus...

 

 

Lire aussi:

 

RFI-Lac Tchad: réunion des gouverneurs des provinces limitrophes

 

Les gouverneurs des huit régions transfrontalières du lac Tchad se réunissent pour 48 heures à Niamey, au Niger. Consolidation de la paix et développement durable sont à l'ordre du jour.

 

 

Pour la deuxième fois depuis 2018, les gouverneurs des huit zones du lac Tchad les plus touchées par l’insurrection de Boko Haram se réunissent lors d’un forum de 48 heures à Niamey, au Niger. De l’avis de nombreux participants, l’ampleur de la crise de Boko Haram est phénoménale et ses causes complexes.

 

 

Il existe d’abord un déficit structurel en matière de développement, une rupture de contrat social avec une insurrection violente perpétrée par les extrémistes, et enfin, une catastrophe environnementale annoncée irréversible. Boko Haram échappe au contrôle des frontières de quatre pays, ce qui nécessite, dit-on, une réponse régionale et appropriée.

 

 

2,5 millions de déplacés

 

Pour le représentant régional des Nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel, Mohamed Ibn Chambas, le forum de Niamey offre une feuille de route pour sortir de la crise. Les populations du bassin du lac Tchad demandent des actions concrètes et Boko Haram doit être vaincu, a-t-il ajouté. Mais la solution militaire ne suffit pas pour un responsable de l’État de l’Adamawa au Nigeria. Selon lui, il faut intégrer les repentis de Boko Haram, impliquer les communautés locales et passer de l’urgence au développement.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Initiative internationale pour le climat - Nature offre souvent les meilleures solutions pour lutter contre le changement climatique

Le ministère fédéral de l'Environnement (BMU) soutient l'adaptation au changement climatique par le biais de projets qui profitent aux populations et renforcent en même temps les écosystèmes. La restauration des mangroves et des récifs coralliens protège les zones côtières des tempêtes de plus en plus violentes et des effets de l'élévation du niveau de la mer. La plantation de coteaux prévient l'érosion et les inondations pendant les pluies. A l'occasion de la 25ième Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP25), le BMU renforce ses engagements financiers en faveur de l’adaptation basée sur les écosystèmes (EbA) à hauteur d’environ 60 millions d’euros.

 

En savoir plus...

La COMIFAC et le PFBC main dans la main en faveur du Bassin du Congo : Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC reçu en audience par le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, M. Ndomba Ngoye Raymond

Yaoundé, le 20 novembre 2019 : Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea reçu en audience par le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, M. Ndomba Ngoye Raymond.  Dans son mot introductif, le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC a remercié le Facilitateur pour son Engagement, l’énergie investie en faveur du Bassin du Congo et du PFBC, le partenariat demeure dynamique.  

En savoir plus...

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du PFBC visite les autorités et partenaires PFBC à Yaoundé (Cameroun)

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du PFBC a fait le point avec les différents interlocuteurs sur plusieurs sujets entre autres : (1) les actions et perspectives du PFBC… (2) L’opérationnalisation de la Déclaration de N’Djamena - au regard de l’ampleur que prend la transhumance incontrôlée entre le sahel et l’Afrique équatoriale…(3) La nécessité d’un sommet des Chefs d’États concernés par ce phénomène…

En savoir plus...

Le PDG du FEM se félicite du pacte de coopération pour la protection du bassin amazonien

Le PDG et président du Fonds pour l'environnement mondial, Naoko Ishii, se félicite de l'engagement pris par les chefs d'État de sept pays du bassin amazonien de collaborer plus étroitement pour valoriser les forêts, protéger la biodiversité et lutter contre la déforestation et la dégradation des terres sur l'ensemble du biome.

En savoir plus...

Le nouveau cours d'apprentissage en ligne du Fonds pour l'adaptation sur l'accès direct conçu pour aider les pays et les parties prenantes à débloquer le financement de la lutte contre le changement climatique

Le nouveau cours d'apprentissage en ligne du Fonds sur l'accès direct donne un aperçu et un guide du processus d'accréditation du Fonds pour devenir une entité d'exécution auprès du Fonds, et couvre également ses processus de conception et de mise en œuvre de projets pour aider les exécutants à élaborer des projets efficaces sur le terrain.

En savoir plus...

Le Conseil d'administration du Fonds Vert pour le Climat engage 407,8 millions de dollars USD supplémentaires pour lutter contre la crise climatique

Le Fonds Vert pour le Climat (FVC) finance maintenant des mesures climatiques dans plus de 100 pays en développement après l'approbation de 13 nouveaux projets lors de la dernière réunion du Conseil en 2019.  

En savoir plus...

Le Conseil d'administration du Fonds pour l'adaptation approuve 63 millions de dollars pour de nouveaux projets, y compris des subventions pour la première innovation et la mise à l'échelle

Washington, D.C. (17 Octobre 2019) — Le Conseil du Fonds pour l'adaptation a obtenu d'excellents résultats malgré agenda chargé lors de sa 34ième réunion la semaine dernière, approuvant plus de 63 millions de dollars pour le financement de nouveaux projets, notamment de nouveaux projets d'innovation et d'élargissement des subventions, tout en poursuivant ses processus administratifs et ses arrangements institutionnels pour continuer à bien servir l'Accord de Paris.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019