TRAFFIC: Nouvelles brèves relatives au commerce illégal des espèces sauvages en Afrique centrale

Points clés : (1) – Pétition mondiale inédite en faveur de la protection des gorilles de Cross River (The Green Vision n°0002, Lundi 29 juillet 2013, page 12) (2) Des trafiquants de grands singes affûtent leurs armes (Éric KABA TAH , The Green Vision n°0002, Lundi 29 juillet 2013, page 08) (3) Défi de la préservation de la riche biodiversité du Mt. Cameroun (ASA’A LEMAWAH, The Green Vision n°0002 Lundi, 29 juillet 2013, page 07) (4) Burundi : 28 kg d’ivoire saisis à l’Aéroport International de Bujumbura (Réseau des Communicateurs environnementaux d’Afrique Centrale - Victor Mubwigiri - Claver Hakizimana - Epimaque Buterere Nikobitungwa 28 juillet 2013) (5) Braconnage en Afrique : éléphants sans défense (Olivier CASLIN, Jeune Afrique n° 2741 pages 22-28 ou www.jeune afrique.com : Braconnage en Afrique : éléphants sans défense)

 

docs/news/Juin-Aout-2013/APT-Bild3.jpg1. PÉTITION MONDIALE INÉDITE EN FAVEUR DE LA PROTECTION DES GORILLES DE CROSS RIVER (The Green Vision n°0002, Lundi 29 juillet 2013, page 12)

 

Yaoundé, Cameroun – 18 juillet 2013 une pétition avec près de 75 000 signatures a été adressée au Ministre camerounais des Forêts et de la Faune, son Excellence, Ngwese Philip et au Premier Ministre camerounais, Son Excellence Philemon Yang. Les signataires y expriment leur grande préoccupation suite à l'assassinat violent et injustifié d’un gorille mâle de Cross River en mars dans le Nord Ouest Cameroun. L’abattage de ce gorille à dos argenté avait été ordonné par le Commandant de la Brigade de Gendarmerie de Pinyin, à environ 33 km d’un sanctuaire de gorilles envisagé. La mort de ce gorille reste une grande perte, non seulement pour le Cameroun et les efforts de conservation au niveau local, mais aussi pour le monde de la conservation en général. Elle a également suscité la consternation du monde entier. En quelques mois des milliers de personnes ont envoyé des lettres et courriels et signé la pétition en ligne. Cette pétition a enregistré près de 75 000 signatures provenant de 196 pays, pratiquement tous les pays du monde. « Cette réaction phénoménale démontre que l’opinion publique est contre l’assassinat de cette espèces dangereusement menacée, » a déclaré Arend de Haas, Directeur de l’African Conservation Foundation. « Il s’agit de l’une des pétitions en ligne les plus retentissantes en faveur des grands singes. » Les citoyens du monde demandent au Gouvernement camerounais de :

1- Accélérer la mise en place des réserves de grands singes dans les Hautes terres du Lebialem ;

- 2- Sensibiliser et former la police et les autres forces armées sur les espèces menacées ;

- 3- Définir des procédures strictes à suivre par les autorités locales pour régler les questions relatives à la faune et

- 4- Imposer des amendes et autres sanctions en cas de tuerie d’un gorille de Cross River et tout autre bête faisant partie des espèces menacées.

Les gorilles de Cross Rivers sont l’un des rares grands singes menacés d’Afrique. Ils figurent parmi les 25 espèces sauvages les plus menacées au monde. Seulement 300 d’entre eux survivent dans la zone frontalière du Nigeria avec le Cameroun. TCAF (TRAFFIC Central Africa) a déjà envisagé ses activités en relation avec la deuxième recommandation : Du 29 octobre au 2 novembre 2012, TCAF a procédé à des interventions CITES/ETIS ciblées dans le cadre d’un programme de formation d’une semaine organisé par WWF Cameroun (Mutengene, Cameroun, Octobre-Novembre 2012) qui a contribué au renforcement des capacités de 2 000 agents de police à identifier, réprimer et enquêter sur des cas de trafic illégal d’espèces phares. TCAF a contacté le Directeur de l’ENEF de Mbalmayo afin d’explorer la possibilité de dispenser des modules CITES/ETIS ciblés aux apprenants. Cette disposition permettrait de renforcer les capacités des futurs personnels du maintien de l’ordre à identifier, réprimer et enquêter sur les cas de crimes liés au trafic illégal des espèces sauvages. En savoir plus…

 


docs/news/Juin-Aout-2013/Burundi-ivoire-saisie-arb.jpg2. LES TRAFFIQUANTS DE GRANDS SINGES AFFÛTENT LEURS ARMES ((Eric KABA TAH, The Green Vision n°0002

Lundi 29 juillet 2013, page 08) Le trafic des grands singes serait devenu une activité professionnelle illégale de haut niveau sur le continent africain. L’on n’en veut pour preuve que la manière dont de puissants trafiquants déploient des aptitudes opérationnelles avancées pour mener leur commerce illicite parallèlement à d’autres activités illégales telles que le trafic des stupéfiants. Télécharger le Rapport :ICI

 

 

 

 

3. BATAILLE POUR SAUVER LA RICHE BIODIVERSITE DU MT. CAMEROUN (ASA’A LEMAWAH, The Green Vision n°0002, Lundi 29 juillet 2013, page 07)

Chaque année, la zone forestière du Mt. Cameroun est en proie à la déforestation, la tronçonneuse de l’exploitation abusive du bois, les armes des braconniers et les pièges des trappeurs. Certes, une partie de cette zone forestière été transformée récemment en parc national (Parc national du Mt. Cameroun) et des réserves forestières ont été créées à Mokoko, South Bakundu (Réserve forestière de Mokoko), mais la riche biodiversité du mont continue de se dégrader. Les forêts du Mt. Cameroun sont subdivisées en forêts de montagne et forêts de basses terres. La pente ouest du Mt. Cameroun est probablement la plus diversifiée et la plus riche d’Afrique de l’Ouest et centrale. La forêt contient également une pléthore de PFNL qui sont exploités à des fins alimentaires et médicinales. Les espèces exploitées comprennent l’Irvingia gabonensis (la mangue de brousse sucrée), Irvingia wombulu (la mangue de brousse amère), Afrostyrax kamerunensis (oignon de brousse) et Piper guineensis (Piment sauvage d’Afrique de l’Ouest). En plus de plusieurs types d’essences, on y retrouve également des plantes médicinales telles que Prunus Africana (Pygeum) et Anickia sp. (tige de quinine). Le problème environnemental le plus urgent des forêts du Mt. Cameroun est la perte de sa biodiversité causée par la chasse excessive et la déforestation.

La chasse est essentiellement faite par l’utilisation des armes à feu et des pièges. Auparavant cette activité était acceptée et les butins étaient surtout un moyen de subsistance. De nos jours, avec la commercialisation, le nombre d’animaux tués est alarmant. Cette situation a un impact négatif sur l'environnement. Par exemple, la réduction de la dispersion des semences due à la baisse du nombre d’animaux servant de porteurs. La survie de certaines espèces de plantes en est menacée. Il y a également la destruction effrénée des habitats par l’exploitation forestière commerciale et la collecte du bois de chauffage. La plus grande exploitation agro-industrielle du pays, la Cameroon Development Corporation (CDC)… En savoir plus....

 


docs/news/Juin-Aout-2013/APT-Bild2.jpg4. BURUNDI : 28 KG D’IVOIRE SAISIS À L’AÉROPORT INTERNATIONAL DE BUJUMBURA (
Réseau des Communicateurs environnementaux d’Afrique Centrale - Victor Mubwigiri - Claver Hakizimana - Epimaque Buterere Nikobitungwa, 28 juillet 2013)

La police nationale burundaise a annoncé lundi 29 juillet avoir saisi samedi 27 juillet, 28 kg d'ivoire à l'aéroport international de Bujumbura. Cette cargaison appartenait à un ressortissant de la Guinée-Conakry vivant au Burundi. Lors d'une conférence de presse tenue ce lundi matin à ce sujet, le porte-parole-adjoint de la police nationale, opc1 Pierre NKURIKIYE, a indiqué que le trafiquant Allassane Kaba est sous interrogatoire afin qu’il révèle l’origine du butin, ses collaborateurs en amont comme en aval. Pour tromper la vigilance de la police, Kaba avait transformé l’ivoire en divers bijoux pour dames en les emballant minutieusement dans un sac. Selon une source digne de fois, l’ivoire saisi viendrait de la République démocratique du Congo(RDC), frontalière avec le Burundi qui ne dispose d’aucun éléphant depuis 2004. En savoir plus…

 

 

docs/news/Juin-Aout-2013/LAB-Traffic-Graphique-Jeune-Afrique.jpg5. BRACONNAGE EN AFRIQUE : ÉLÉPHANTS SANS DÉFENSE (Olivier CASLIN, Jeune Afrique n° 2741 pages 22-28 ou www.jeune afrique.com : Braconnage en Afrique : éléphants sans défense)

 

Le n° 2 741 de « Jeune Afrique », un magazine hebdomadaire présente une enquête sur le braconnage des éléphants en Afrique. Symbole de l’Afrique, les éléphants pourraient disparaitre dans les prochaines 20 années. L’ivoire se fait rare et sa valeur marchande s’apprécie. Une aubaine pour les braconniers et les organisations criminelles.

En savoir plus sur www.jeuneafrique.com Braconnage en Afrique : éléphants sans défense

 

Pour d’amples informations, veuillez contacter Mme Louisette Ngo Yebel <Louisette.Ngo-Yebel@traffic.org>.

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC