WWF Global : Les Chefs d’État se mettent ensemble dans le cadre de l’action des Nations Unies pour lutter contre les crimes perpétrés contre les espèces sauvages

 

New York (États-Unis), 26 septembre 2013 : Les efforts visant à lutter contre les crimes perpétrés contre les espèces sauvages reçoivent un gros coup d’accélérateur. des Chefs d'État et des ministres relèvent les impacts néfastes du braconnage et du trafic illicite des espèces sauvages.

Lors de la réunion la plus importante de l’année en matière de politique internationale, des gouvernements ont choisi de mettre en exergue le commerce illicite des espèces sauvages comme une menace majeure qui pèse contre la paix et la sécurité, l’état de droit et le développement mondial.

Le Président Ali Bongo du Gabon a plaidé pour la désignation d’un Envoyé Spécial des Nations Unies pour les crimes contre les espèces sauvages, ainsi que pour une résolution de l’AGNU. Cette position a été soutenue par le ministre britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth, William Hague, et le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, ainsi que d’autres représentants tels que le ministre norvégien de l’Environement.

 

« Les crimes contre les espèces sauvages ne constituent plus un simple problème environnemental, ils sont devenus un crime transfrontalier et une menace à la paix et la sécurité sur notre continent. » A déclaré le Président Ali Bongo

 

Le Président tanzanien, Jakaya Kikwete, a souligné le problème de la demande et a sollicité l’aide de la communauté internationale pour la fermeture des marchés.

 

Le ministre des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a indiqué que pour l’Allemagne, « il ne s’agit plus d’une mesure pour sécuriser des espèces menacées, il est plutôt question de contrecarrer la propagation du crime organisé et de se prémunir contre une militarisation non contrôlée. Cette situation est devenue un problème de sécurité transfrontalière ».

 

« Il s'agit d'une avancée dans la lutte contre les crimes fauniques et aujourd’hui, les pays ont démontré qu’ils sont sérieux dans la lutte contre le crime organisé, » a souligné Jim Leape, Directeur général de WWF International.

 

« Le trafic des espèces sauvages est désormais mieux organisé, plus lucratif, plus répandu et plus dangereux que jamais. Il constitue une menace à l’intégrité territoriale et à la sécurité et représente une invasion, ainsi qu’un vol des ressources naturelles, » a-t-il ajouté.

 

Cette réunion de haut niveau sous le thème, « Le braconnage et le trafic des espèces sauvages – un crime multidimensionnel et un défi croissant pour la communauté internationale », était abrité par les gouvernements d’Allemagne et du Gabon et a vu la participation de ministres et autres représentants de haut niveau venus du Tchad, de la Thaïlande, du Royaume-Uni, de la Norvège, la Belgique, des États-Unis et de Colombie.

 

Le Vice-secrétaire général des Nations Unis, Jan Eliasson, a présenté une introduction et le Directeur exécutif du Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime, et le Secrétaire général de la Communauté Économique des États de l'Afrique Centrale, ont tous les deux pris la parole.

À la faveur d’un évènement organisé par la Clinton Global Initiative, des organisations de conservation, dont WWF, des gouvernements du monde ont annoncé un engagement de la CGI à agir à hauteur de 80 millions USD pour sauver les éléphants d'Afrique.

 

Au cours des trois prochaines années, les parties engagées, ainsi que leurs partenaires financeront et faciliteront des efforts conjugués et mettront à disposition des ressources pour la protection des principales populations d’éléphants contre le braconnage tout en réduisant le trafic et la demande d’ivoire.

 

Vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous pour lire l’article intégral : WWF Global : Des Chefs d’État se mettent ensemble dans le cadre de l’action des Nations Unies pour lutter contre les crimes perpétrés contre les espèces sauvages

 

Photo : Le Directeur général de WWF International, Jim Leape s’exprimant lors d’un Panel de haut niveau aux côtés du ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, du Président Ali Bongo du Gabon, du Secrétaire Général du CITES, John Scanlon et du vice-secrétaire Général des Nations Unies, Jan Eliasson- crédit : http://wwf.panda.org/wwf_news/?210910/Heads-of-state-come-together-in-call-for-UN-action-to-combat-wildlife-crime

WWF-UNGA-Wildlife.pdf (115.9 KiB)

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIB-Olam est 100% Certifié FSC

Alors que nous sommes globalement préoccupés par la pandémie qui a ravagé nos vies et perturbé la normalité; nous essayons de comprendre comment naviguer, en nous préparant pour les temps à venir, voici une petite lumière brillante des forêts denses du Bassin du Congo. Nous sommes ravis de vous informer que nous avons officiellement reçu la certification FSC pour Mimbeli-Ibenga et CIB-Olam est maintenant 100% certifié FSC.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel | Février 2020

L’Humanité tout entière fait face à un défi inédit tandis qu’un tiers de la population mondiale est confinée chez soi en raison de la pandémie du Covid-19. La République du Congo, quant à elle, vient d'annoncer la mise en application de l’état d'urgence sanitaire et le confinement à domicile de l'ensemble de la population jusqu'au 30 avril.

En savoir plus...

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020