AWF : Quand des voix se font entendre en Afrique

 

Lorsque la faune profite aux individus, ces derniers la protègent et la défendent. Et les Africains profitent de leur faune, si le nombre de touristes constitue un indicateur : Selon un rapport commis en 2013 par la Banque mondiale, « Le tourisme en Afrique :

 

Le tourisme au service de l’amélioration de la croissance et des moyens de subsistance, » le tourisme a contribué pour près de 3 pour cent, soit environ 36 milliards de dollars USD au PIB de l'Afrique subsaharienne en 2012. Avec la part de l'Afrique dans le marché mondial du tourisme ayant augmenté de 3 pour cent en 1980 à 5 pour cent en 2010, le continent pourrait bientôt être devançant d'autres points chauds du tourisme international comme une destination incontournable.

 

Avec l’augmentation de la part de l’Afrique au marché mondial du tourisme de 3 pour cent  en 1980 à 5 pour cent en 2010, le continent pourrait bientôt déclasser certaines destinations touristiques internationales majeures.

 

Pourtant le braconnage menace cet avenir. La faune constitue une attraction touristique, mais actuellement environ 35 000 éléphants sont tués chaque année en Afrique. Vers fin 2013, plus de 800 rhinocéros ont fait l’objet de braconnage en Afrique du Sud.

 

L’AWF lance donc la « Voix de l'Afrique en faveur de la faune », un cri d’alerte panafricain adressé aux Africains de tous les horizons pour mettre fin à l'extermination absurde des éléphants, des rhinocéros et d'autres espèces en voie de disparition. Des chefs d'État aux agriculteurs locaux, la campagne offrira aux Africains l’opportunité de s’approprier le message anti-braconnage et de peser dans les discussions, et les décisions, relatives à la conservation des espèces sauvages.

 

« Dans l'histoire de la conservation, la voix de l'Afrique n'a jamais été entendue", observe Beatrice Karanja, la Responsable kényane de la campagne de sensibilisation à l’AWF. « Le tourisme constitue le 1er, 2ième ou 3ième contributeur au PIB de nombreux pays africains. Les Africains doivent se soucier des éléphants et des rhinocéros qui sont tués. Nous ne pouvons pas laisser nos espèces emblématiques disparaitre sous nos yeux. »

 

« Oui, le braconnage affecte le gardien du parc, mais aussi d'autres secteurs de la société, a ajouté Karanja : On peut ajouter à cette liste, le mécanicien qui répare les autobus, la femme qui cultive des tomates pour un hôtel dans le voisinage. Ils n’auront plus de moyens de subsistance si la faune disparaît ».

 

 La campagne comprendra plusieurs approches et utilisera les médias - des stratégies numériques et traditionnels, de publicités, de politique et de plaidoyer pour amplifier la Voix de l'Afrique et la placer au cœur de la conversation sur la conservation.

 

« Cette campagne sera bientôt lancée. À cet effet, j'invite les peuples d'Afrique à prendre position et à joindre leur propre voix pour la défense de l'une des ressources naturelles les plus importantes d'Afrique, sa faune », a déclaré Karanja.

 

Pour obtenir des informations supplémentaires, veuillez contacter : Beatrice Karanja [mailto:bkaranja@awf.org]

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019