camer.be-Cameroun, Journée mondiale du pangolin: La lutte contre le pillage de la faune s’intensifie. : CAMEROON

 

 

La 8ème Journée mondiale du pangolin sera célébrée le 16 février 2019. Les activités autour de cette journée comprendront notamment une sensibilisation visant à attirer l’attention du public sur la situation critique des pangolins qui font face à des menaces existentielles.

 

 

Selon les statistiques de l'organisme d’application de la loi faunique, LAGA, l'organisation a aidé les agents de la faune sauvage à saisir 7,5 tonnes d'écailles de pangolin au cours des cinq dernières années. 55 personnes ont été arrêtées lors d'opérations ayant conduit aux saisies. Alors que certains font actuellement l'objet d'un procès, la majorité d'entre eux a été condamnée à diverses peines de prison et à des amendes.

 

 

L'année dernière, un réseau international composé de quatre pays : Le Nigeria, le Cameroun, la RCA et la RDC a été démantelé à Douala avec plus de 700 kg d'écailles saisies et six trafiquants arrêtés. En janvier 2017, une cargaison illégale de 5 tonnes d'écailles de pangolin sur le point d'être exportée a été saisie auprès de deux ressortissants chinois qui ont été arrêtés, jugés et emprisonnés.

 

 

Face à la progression du commerce illégal, les passionnés de pangolin, les écologistes et le monde entier célébreront samedi prochain la Journée mondiale du pangolin. Les pics alarmants et soudains du commerce illégal d’écailles de pangolin inquiètent de nombreux écologistes, qui comprennent parfaitement les ravages que ce phénomène cause au sein des populations de pangolin. Selon Francis Nchembi Tarla, spécialiste de la faune sauvage et coordinateur d'un réseau spécialisé dans le commerce de viande de brousse appelé CABAG: «trois ans après la réunion de la CITES à Johannesburg, d'importantes saisies d’écailles provenant d’Afrique ont encore lieu en Asie». Après la réunion de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) qui s'est tenue à Johannesburg en 2016 et le reclassement de l’espèce dans la catégorie des espèces totalement protégées, le gouvernement camerounais a immédiatement emboîté le pas et a reclassé les trois espèces de pangolins du pays au statut de totalement protégé. Mais la boucherie continue, et Tarla atteste: «Dans la plupart des restaurants locaux, la viande de pangolin est ouvertement proposé au menu. A plusieurs stations sur les principales autoroutes, des pangolins vivants sont ouvertement vendus ».

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le 'Made in Africa' INTERHOLCO, du bois durable au bout des doigts pour des projets d'avenir

Dans son nouveau site web, finalement disponible en langue française, INTERHOLCO présente son 'Made in Africa' : le « bois durable » garantit non seulement la protection de la forêt mais aussi des milliers d'animaux et de plantes faisant parties de son écosystème. Notre récolte à impact réduit permet de limiter l’empreinte de notre activité au minimum nécessaire.

En savoir plus...

Forestsnews-Une nouvelle plateforme en ligne pour promouvoir la coordination dans le bassin du Congo

L’Observatoire des forêts d’Afrique centrale (OFAC) – dont la mission est de fournir des données aux décideurs pour promouvoir des politiques fondées sur des preuves – a récemment lancé une plateforme interactive de recensement et suivi de projets. Cet outil en ligne permet aux utilisateurs d’accéder aux données et aux projets de la région, de promouvoir la collaboration et de mettre fin au gaspillage de ressources.

En savoir plus...

Lenouveaugabon-La CEEAC appuie l’Assemblée nationale du Gabon dans le processus de protection de la faune en Afrique centrale

( Le Nouveau Gabon) - Le parlement gabonais va organiser, au cours de ce mois d’avril, un atelier sur l’entraide judiciaire en matière de protection de la faune en Afrique centrale. Dans ce cadre, l'institution a sollicité et reçu l’appui du Secrétariat général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) pour la réussite de cette initiative.

En savoir plus...

UN-Journée internationale de la Terre nourricière, 22 avril 2019

La Journée internationale de la Terre nourricière est célébrée chaque année pour nous rappeler que la Terre et ses écosystèmes nous soutiennent et nous nourrissent durant toute notre vie. C'est pourquoi il devient de plus en plus crucial de sensibiliser les habitants de la planète aux problèmes qui l’affecte, en rappelant notamment les différentes formes de vie qui s’y développent.

En savoir plus...

AICED Rapport : « La problématique de la non-autonomisation de peuples autochtones riverains du PNVi : ses conséquences et proposition pour la protection de ses écosystèmes »

Les pygmées sont considérés comme un peuple minoritaire en RDCongo.  À cause de leur vie nomade, ils sont dispersés presque dans toutes les provinces environnantes des forets de la RD Congo en général et le Parc National des Virunga (PNVi) en particulier et sont aussi victimes de la discrimination. Ces peuples autochtones riverains du PNVi ont d’autres difficultés particulières.

En savoir plus...

uottawa-Cours en finance climat 2019

Ce cours a pour objectif de fournir aux participants les outils, méthodes et approches permettant d’accéder au financement de l’action pour le climat et d’investir dans des mesures d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques. Il analysera le paysage mondial de la finance verte et présentera les options et les défis en matière de financement de contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays en développement et des économies en transition. DATES : 12-21 août 2019. DATE LIMITE D'INSCRIPTION: 30 juin 2019

En savoir plus...

Euredd-Les petits producteurs sèment l’espoir

Lorsque la sécheresse a frappé le sud-ouest de la Côte d’Ivoire en 2015, une grande partie de la récolte de cacao, la principale matière première agricole du pays, a été perdue et des milliers de petits producteurs ont vu leur gagne-pain menacé. « J’ai presque perdu toute ma plantation de cacao, sauf aux endroits où j’avais de grands arbres », déclare Kouassi Akoura Apollinaire Yao, un jeune fermier qui exploite une plantation de deux hectares près de Méagui, 400 km à l’ouest d’Abidjan, la capitale du pays. « C’est l’ombrage qui a permis de sauver ces plants. »

En savoir plus...

Newsletter du Projet Régional de Financement durable des Aires Protégées du Bassin du Congo

A lire : La Conservation de la Biodiversité du bassin du Congo facilitée par la lutte contre la fraude et la corruption ; Ensemble pour la Conservation de la Biodiversité : le projet régional rencontre l’OCFSA ; 2018 : une année d’action dans six pays pour le financement durable des Aires Protégées …

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019