CIFOR: Une étude mondiale sur les forêts et les moyens de subsistance bouleverse le terrain

 

BOGOR, Indonésie — Dans l’étude la plus complète à ce jour sur les liens entre la foresterie et les moyens d’existence, des chercheurs remettent en cause les idées reçues dans des domaines clés, tels que l’importance des revenus issus de l’environnement, les rôles des hommes et femmes dans l’usage des produits forestiers et la fonction «filets de sécurité» des forêts. 

 

«Il est facile de créer des stéréotypes sur les réalités du monde», dit Arild Angelsen, professeur d’économie à l’Université Norvégienne des Sciences de la Vie et coordinateur de l’étude mondiale. «Au sein de certains récits établis, il existe beaucoup de nuances et de variations.»

L’étude mondiale est le résultat d’un effort collaboratif du Réseau Pauvreté et Environnement (RPE), mené par le Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR). Cinq documents de recherche complémentaires abordent les thèmes suivants: la génération des revenus et des moyens de subsistance en milieu rural, les filets de sécurité en temps de pénurie, le genre et l’utilisation des forêts, le défrichement des forêts et les moyens de subsistance, et le régime foncier et les revenus issus des forêts. Les documents sont publiés dans une édition spéciale de World Development, à côté d’une étude de cas du RPE et de six études non rattachées au RPE allant de l’analyse locale à nationale.

Voici les principaux résultats de l’étude mondiale menée auprès d’un large échantillon d’environ 8000 ménages dans 24 pays:

 

♦ Les revenus provenant de forêts naturelles et autres zones naturelles représentaient 28% du revenu total des ménages, presque autant que les cultures.

♦ Les forêts domaniales génèrent plus de revenus que les forêts privées ou communautaires.

♦ Les hommes génèrent au moins autant de revenus avec les forêts que les femmes,  contrairement à des hypothèses ancrées depuis longtemps.

♦ Les forêts jouent un rôle moins important que ce que l’on croyait en tant que «filets de sécurité» face aux chocs et pour combler les trous entre les récoltes saisonnières.

♦ Bien que les plus pauvres soient souvent blâmés pour la déforestation, ils ne contribuent que modestement défrichement des forêts d’après cet échantillon.

 

«Je reconnais avoir été un peu surpris de constater que les revenus issus de l’environnement sont si élevés», déclare Sven Wunder, directeur du bureau du CIFOR au Brésil et rédacteur en chef invité du numéro spécial. «Nos résultats indiquent que, même 10 000 ans après le début de la Révolution Agricole, les populations rurales des pays en voie de développement dépendent encore fortement de la nourriture trouvée dans la nature pour leur subsistance. »

 

Les racines profondes de l’étude

 

En 2000, une étude de cas historique au Zimbabwe William Cavendish avait fait valoir qu’il n’existait pas de données adéquates pour analyser les ménages et les ressources environnementales. «Cela a été notre principale motivation», déclare M. Angelsen. «Nous voulions obtenir une image plus représentative du rôle des forêts et des milieux naturels dans les zones rurales, non seulement au Zimbabwe, mais aussi dans d’autres pays.»

 

Mais comment faire? Financer entièrement un projet d’une si grande envergure était trop coûteux. Les chercheurs du RPE ont reconnu que des doctorants très motivés font souvent le meilleur travail de terrain. Mais ils travaillent de manière isolée, avec peu de soutien financier, institutionnel ou émotionnel. Ainsi, RPE a cherché à créer un réseau de collaboration de doctorants, qui offre un certain appui financier, un accès à des ateliers et à un encadrement, tout en générant des données comparatives pour l’étude globale.

 

«Je dis toujours que le modèle économique du RPE est d’exploiter la solitude des doctorants en fournissant des SAT (soins affectueux et tendres)», plaisante M. Angelsen. «Et cela fonctionne. Ils obtiennent une réponse à leurs e-mails et leurs questions dès le lendemain. Ils apprécient de ne pas être seuls sur le terrain.»

 

33 partenaires du PEN se sont basés sur trois ateliers de méthode tenus entre 2004 et 2006 pour collecter des données de terrain avec leurs équipes entre 2005 et 2008. Pendant 12 mois, ils ont sondé plus de 8300 ménages dans 333 villages sur 58 sites dans 24 pays en développement. Pour cela, ils ont visité près de 36 000 foyers, générant environ 250 000 pages de questionnaire. Avec plus de 2 300 champs de données, la base de données globale du RPE contient actuellement 15 millions de cellules de données.

 

«Il ne s’agit pas d’un échantillon aléatoire», explique M. Wunder. «Nous avons dû trouver des partenaires prêts à participer et accepter les sites choisi, puis mobiliser des ressources pour remplir certains vides, en particulier en Afrique de l’Ouest. Mais il existe toujours un équilibre en terme de types de forêts et de zones rurales dans les pays en voie de développement sur ces trois continents. C’est l’univers dans lequel nous pouvons raisonnablement extrapoler les résultats.»

 

Dans ces pays, l’étude est en quelque sorte biaisée de manière à couvrir les zones de couverture forestière importantes, ajoute-t-il. «Elle n’est pas au milieu de la forêt avec près de 100% de couverture», déclare M. Wunder. «Il s’agit d’une étendue où il y a eu un certain développement – pas complètement isolée des marchés, mais toujours dotée d’une couverture forestière considérable.»

 

Dès le début du projet, les chercheurs visaient à publier les résultats dans un numéro spécial de World Development. En 2005, le journal avait présenté un numéro thématique sur «les moyens de subsistance, les forêts et la préservation» qui reconnaissait qu’il fallait davantage de travail empirique pour de produire des données comparables. M. Angelsen et M. Wunder ont contribué au numéro et à l’article de synthèse en tant que coéditeurs.

 

«A l’époque, nous avions clairement reconnu qu’il manquait des données comparatives de qualité sur de nombreux enjeux concernant les forêts, la pauvreté et la politique», déclare M. Wunder. «Une décennie plus tard, il semblait donc logique de donner suite à ces besoins exprimés dans la même revue.»

 

Les articles du numéro spécial de 2014 ont tiré des informations d’un atelier tenu en 2011 à l’Université de East Anglia à Norwich au Royaume-Uni. «Les chercheurs du RPE se sont mis en relation avec des personnes qui faisaient des choses similaires dans d’autres organisations et réseaux», dit M. Wunder. «Certains de leurs documents ont été inclus dans le numéro spécial. Ils sont intéressants parce qu’ils complètent l’étude globale en se penchant sur des interventions spécifiques qui affectent les dynamiques des moyens d’existence». Par exemple, Bauch, Sills et Pattanayak utilisent des données issues de panels dans le but d’examiner les effets de la coopération intégrée et des projets de développement (CIPD) en Amazonie brésilienne, tandis que Clements, Suon, Wilkie et Gulland examinent les conséquences des aires protégées sur les moyens de subsistance locaux au Cambodge.

 

Bien vouloir consulter l'article complet sur le lien ci-après: Une étude mondiale sur les forêts et les moyens de subsistance bouleverse le terrain    

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 novembre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Woodbois : 115ième membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo !

Bruxelles, Belgique, le 30 septembre 2019 : Woodbois Ltd. rejoint officiellement le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Dans le cadre du processus d'adhésion, Woodbois a présenté les documents requis et s'est engagée à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour la promotion de la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

En savoir plus...

Communique final des travaux de la dixième réunion du SGTAPFS

Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui technique et financier de la Coopération allemande à travers le projet GIZ d’appui régional à la COMIFAC, a organisé du 05 au 09 Novembre 2019 à Kigali au Rwanda, la dixième réunion du Sous- Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage (SGTAPFS). Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion…

En savoir plus...

OIBT - Plus de professionnels forestiers nécessaires dans le Bassin du Congo

Les marchés de consommation exigent de plus en plus la preuve de la légalité du bois, mais les pays du Bassin du Congo manquent encore de personnel qualifié pour mettre en place des mesures de durabilité et de légalité, selon Claude Kachaka Sudi, coordinateur régional du Réseau des institutions de formation forestière et environnementale en Afrique centrale (RIFFEAC).

En savoir plus...

Le FVC rencontre les principaux investisseurs mondiaux pour stimuler le financement du secteur privé dans le domaine du climat

Songdo, 11 octobre 2019 Le Fonds Vert pour le Climat a récemment exploré comment surmonter les obstacles du marché et forger de nouvelles voies de financement du climat dans les pays en développement en tirant parti de l'expérience de certaines des plus grandes sociétés financières du monde.

En savoir plus...

RIFFEAC : Bientôt 7 ans et 13 Editions ! Comme le temps passe vite !!!

Dans l'Editorial de cette édition, le Pr Antoine VIANOU (Chevalier OIPA du CAMES) tire la sonnette d'alarme sur « l'urgence d’actions concrètes et concertées pour la survie des espèces endogènes, la préservation des ressources renouvelables et l’épanouissement des populations environnantes » du Bassin du Congo. Tout en appréciant l'accompagnement du RIFFEAC dans le cadre de la formation "LMD" de ses institutions membres, il encourage les Partenaires et Bailleurs de Fonds à plus d'efforts dans l'accompagnement de la "Formation-Recherche-Communication".

En savoir plus...

Atelier préparatoire de la journée du 18 décembre consacrée au collège de la société civile dans le cadre du Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo (PFBC).

Stop et fin ce samedi, 02 novembre 2019 à Douala (Cameroun) de l'atelier préparatoire de la journée du 18 décembre consacrée au collège de la société civile dans le cadre du Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo (PFBC). Bien vouloir télécharger la note de position des acteurs de la société civile sur la REDD+...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019