CIFOR : Le palmier à huile ne doit pas entraîner la destruction des forêts

 

Experts : Cette culture controversée peut être durable si elle bénéficie d’une planification et d’une gestion appropriées

 

BOGOR, Indonésie — L’huile de palme - utilisée dans le monde dans la fabrication de divers produits, des produits alimentaires aux biocarburants, en passant par les produits de beauté - peut être développée en évitant de détruire de vastes étendues de forêt tropicales, si les méthodes et la planification appropriées sont appliquées.

 

Il s’agit des conclusions des scientifiques Alain Rival et Patrice Levang dans leur livre « Palms of Controversies : Oil Palm and Development Challenges » (Les Palmiers de la Controverse : Le Palmier à Huile et les Défis du Développement), récemment traduit en anglais et publié par le CIFOR à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Alimentation, le livre est disponible et peut être téléchargé gratuitement à l’adresse : http://www.cifor.org/library/4860/palms-of-controversies-oil-palm-and-development-challenges/

 

Les médias sont invités à republier une version revue du livre, ainsi que l’entretien et la transcription vidéo avec le co-auteur Patrice Levang, aussi longtemps qu’ils reviennent au CIFOR : 

 

 

De nos jours, l’huile de palme est l’huile végétale la plus consommée au monde. Quelques 18 millions d’hectares de terres sont utilisés dans les tropiques pour la culture du palmier à huile. En quelques décennies seulement, plus de 5 millions d’hectares de forêts primaires ont été convertis en Indonésie, plus de 4 millions en Malaisie et 1 million au Nigeria.

 

En conséquence, l’huile de palme alimente un débat polarisé. Pour l’agro-industrie et les petits exploitants agricoles dans les tropiques, il s’agit d’une culture miracle, l’oléagineux le plus rentable. Cependant, pour de nombreux ONG et groupes autochtones, il s’agit d’une menace grave contre les droits fonciers et l’environnement.

 

Le véritable problème, selon les auteurs, n’est pas l’huile de palme en soi, mais la manière dont l’on choisit de l’exploiter.

 

Rival du CIRAD, un centre français de recherche agricole pour le développement, Levang, du CIFOR et l’Institut de Recherche pour le Développement, l’IRD, s’inspirent des données et de l’expérience sur le terrain pour dresser un portrait global et nuancé de l’huile de palme, une image qui faisait grandement défaut au débat.

 

« Le palmier à huile ne doit pas nécessairement être cultivé sur les terres forestières, » déclare Levang. Il peut pousser en savane, sur des terres dégradées. En d’autres termes, le palmier à huile n’est pas responsable de la déforestation.

 

« Notre message clé dans le livre est : Il ne faut pas confondre la plante [avec] les personnes qui la cultivent. »

 

Les plantations de palmiers à huile, selon les auteurs, peuvent être créées sans détruire de vastes étendues de forêts tropicales. Des modèles de développement à ce sujet comprennent des techniques agro-forestières, le développement de patchwork et la planification de paysages écologiques.

 

Le défi, selon les auteurs, ne consistera pas à empêcher l’expansion du secteur du palmier à huile, mais à encourager des formes d’exploitation permettant de réduire au minimum les impacts négatifs sur la biodiversité et sur le bien-être des populations locales.

 

Toutes les histoires, les vidéos et les photos se rapportant à ce livre ont été produites avec la licence Creative Commons Attribution-Non-commercial-Share Alike. Les médias sont autorisés à utiliser l’ensemble du contenu, à condition qu’il soit dûment attribué au CIFOR.

 

Le Centre International de Recherche en Foresterie (CIFOR) promeut le bien-être humain, la conservation de l’environnement et l’équité en menant des recherches pour documenter les politiques et les pratiques qui affectent les forêts dans les pays en développement. Le CIFOR contribue à assurer que la prise de décision qui affecte les forêts est basée sur une bonne connaissance et des principes de bonne gouvernance et reflète les perspectives des pays les moins avancés et des populations dont la survie dépend des forêts. Le CIFOR est l’un des 15 membres du Consortium CGIAR.

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC