Les forêts du Bassin du Congo et la FAO : des racines profondes en faveur d'un avenir durable

 

Dan Rugabira, Coordonnateur sous-régional FAO pour l'Afrique centrale et Représentant de la FAO au Gabon et à Sao Tomé et Principe

Chaleureuses salutations aux lecteurs d’InfoNews à Libreville, au Gabon. Mes fonctions dans cette sous-région me ramènent à 1990, lorsque, en tant que jeune Responsable des opérations forestières de la FAO, j'avais été chargé de l'exécution d'un programme d’appui à l'Organisation Africaine du bois alors basée à Libreville, au Gabon. Ma mission dans cette sous-région étant achevée, je peux désormais revenir sur les réalisations de la FAO dans le Bassin du Congo dans le domaine forestier au cours des deux dernières décennies et en tirer quelques conclusions préliminaires par rapport à l'avenir.

 

Bassin du Congo : Deuxième poumon vert de la planète

D’une superficie de quelques 300 millions d’hectares1, le Bassin du Congo est la deuxième plus grand massif de forêt tropicale du monde. Il s'étend sur la République Démocratique du Congo, à travers la majeure partie de la République du Congo, au Sud-est du Cameroun et au Sud de la République Centrafricaine jusqu’au Gabon et en Guinée équatoriale. Il couvre également, dans une moindre mesure, une partie du Rwanda et du Burundi.

 

Appui aux institutions, en commençant par la capacité

 

Le soutien de la FAO dans le domaine forestier dans la région a été centré sur l'aide au pays membres afin de leur permettre d’établir des institutions fortes qui peuvent gérer de manière durable leurs nombreuses ressources naturelles au profit des générations présentes et futures. Dans les années 1990, la FAO a fortement soutenu l'idée d'une institution régionale qui veillerait sur les intérêts du Bassin du Congo, proposée dans le cadre du Plan d'Action Forestier Tropical.

Cette nécessité d’institutions nationales et régionales fortes pour la gestion durable des forêts du Bassin du Congo a été reconnue par la FAO. L'Organisation a ainsi tracé une nouvelle voie avec son soutien initial lors de la Conférence sur les écosystèmes de forêts denses et humides d'Afrique Centrale, une organisation faitière constituée de partenaires et de la société civile engagés dans la conservation des forêts qui englobe également des organisations internationales telles que l'Union internationale pour la Conservation de Nature et le World Wildlife Fund d’alors. Cependant, il est vite devenu évident qu'une institution officielle regroupant les pays membres du Bassin était nécessaire. Après plusieurs consultations, la Commission des forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC) a été créée en 1999 par le Sommet des chefs d'État. Elle est entrée en vigueur en février 2005, et a toujours bénéficié du soutien de la FAO. Aujourd'hui, elle constitue une organisation régionale établie et un partenaire fiable de la FAO, pleinement reconnue aux niveaux sous-régional et mondial par l'ensemble des acteurs clés dans le secteur de la foresterie.

Les fondamentaux : la planification, la politique et le soutien juridique

Historiquement, les pays membres avaient des politiques nationales de gestion diverses qui n’intégraient pas toujours la durabilité comme priorité. La FAO a appuyé le Plan de Convergence comme un moyen permettant d'harmoniser les politiques des pays membres relatives aux ressources forestières, en mettant l'accent sur ​​la durabilité et la participation communautaire dans la gestion des ressources, et comme une réponse positive à la résolution de l'Assemblée Générale des Nations Unies pour le soutien aux pays impliqués dans le processus de Yaoundé.

Un soutien supplémentaire a été fourni pour harmoniser les politiques et les codes forestiers des pays membres, ainsi que pour prêter des capacités pour la formulation des politiques nationales. Ce processus est en cours au Cameroun, en République centrafricaine, au Congo, en République démocratique du Congo et au Gabon, et la direction de la FAO en est vivement appréciée.

Les pays de la COMIFAC sont également soutenus par la FAO dans la conception de systèmes de surveillance nationaux, qui leur fournissent des données essentielles sur les ressources forestières nationales et constitueront la base d’une planification forestière et  de l'élaboration de politiques plus robustes. Pour les pays qui souhaitent participer à la REDD+, ces systèmes couvrent toutes les exigences en matière de surveillance et de mesure, de reporting et de vérification (MRV) conformément aux accords internationaux, ainsi que ceux établis par la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques.

Sécurité alimentaire et contribution des forêts

Bien que la contribution des forêts à la sécurité alimentaire ait longtemps été sous-estimée, les activités de la FAO dans la sous-région ont démontré l'importance des produits forestiers non-ligneux pour la sécurité alimentaire des communautés vivant dans les forêts et dans la fourniture d’avantages sociaux pour de nombreuses familles qui y vivent.

Programmes financés par la FAO promeuvent les produits forestiers non ligneux et ont permis aux pays membres d'exploiter les connaissances à la fois sur leur potentiel et leurs contraintes. Ce soutien s'est étendu au renforcement des capacités, à travers la création de petites entreprises pour l'utilisation et le commerce des produits forestiers non ligneux. Certaines expériences de la FAO partagées lors de la Conférence internationale sur les forêts pour la sécurité alimentaire et la nutrition en mai 2013 ont été tirées de cette région. Cela comprend le rôle essentiel des insectes forestiers dans l'alimentation des populations locales.

Perspectives...

L'augmentation de la consommation d'insectes constitue seulement un aspect à fort potentiel d'expansion dans la région. Avec un soutien supplémentaire de la FAO, les connaissances autochtones et des entreprises pourraient être davantage développées pour s'assurer que les initiatives locales génèrent des avantages directs aux habitants de la forêt. L'épuisement rapide de la faune forestière constitue un autre sujet de préoccupation qui a incité la FAO et des partenaires à mettre en œuvre un programme de gestion durable de la faune et de réglementation de la chasse pour la viande de brousse.

La COMIFAC a atteint une certaine maturité et peut fournir des conseils à ses pays membres, à négocier en leur nom et attirer des ressources et des investissements importants dans le secteur. Bien que n'étant pas seules dans la réalisation de ces changements, les contributions de la FAO sont remarquables et appréciées à la fois par les gouvernements et les communautés locales, et elle entend poursuivre son engagement vis-à-vis de la région.

... et identification des défis

Cependant, les activités futures appellent à un changement d'orientation : La FAO doit recentrer son soutien dans tous les aspects de la foresterie et de l’adaptation et l'atténuation face aux changements climatiques, en particulier dans les négociations difficiles en cours sur le climat. La gestion durable efficace des forêts dans la région est réalisable, mais elle doit commencer par le renforcement des capacités. Cet aspect est essentiel si nous voulons responsabiliser la communauté des habitants de la forêt et ceux vivant à proximité des forêts et garantir leur droit à une vie décente grâce aux revenus issus des forêts. Si ces communautés restent au centre de nos objectifs de développement et de notre engagement dans la région, la FAO sera en mesure de relever honorablement les défis futurs.

En savoir plus sur les systèmes de suivi et de surveillance (en français) de la REDD+.

 

Pour plus d'informations, concernant le contenu de cet article, veuillez suivre le lien ci-après : Here

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Woodbois : 115ième membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo !

Bruxelles, Belgique, le 30 septembre 2019 : Woodbois Ltd. rejoint officiellement le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Dans le cadre du processus d'adhésion, Woodbois a présenté les documents requis et s'est engagée à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour la promotion de la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

En savoir plus...

Communique final des travaux de la dixième réunion du SGTAPFS

Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui technique et financier de la Coopération allemande à travers le projet GIZ d’appui régional à la COMIFAC, a organisé du 05 au 09 Novembre 2019 à Kigali au Rwanda, la dixième réunion du Sous- Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage (SGTAPFS). Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019