Les pays africains s'accordent pour déterminer un prix aux ressources naturelles

 

Par Ola Al-Ghazawy and Aisling Irwin - Disponible dans www.scidev.net  -   Le Réseau Sciences et Développement / Actualités, opinions et informations sur la science, la technologie et les pays en développement . En savoir …

 

Avec l’engagement pris le mois dernier par dix pays du continent, l’Afrique a pris les devants pour persuader les Etats de prendre en compte la valeur économique réelle des ressources naturelles dans les comptes nationaux.



Les chefs d’Etat et de gouvernement du Botswana, du Libéria, du Mozambique et de la Namibie, accompagnés de ministres du Gabon, du Ghana, du Kenya, du Rwanda, d’Afrique du Sud et de la Tanzanie, ont signé la ‘Déclaration de Gaborone’ lors du Sommet sur la viabilité en Afrique (24-25 mai), organisé conjointement par le Botswana et l’organisation non gouvernementale Conservation International.



Les pays signataires de la Déclaration s’engagent à intégrer la valeur réelle des forêts, des récifs coralliens, des savanes et d’autres ressources et écosystèmes naturels dans la planification des Etats et des entreprises, et dans leurs politiques d’élaboration des comptes nationaux. Ces pays ont convenu d’établir chaque année un rapport sur les progrès accomplis.



Le but est de présenter d’un point de vue financier les avantages ‘invisibles’ qu’offrent les ressources et écosystèmes naturels, les services de pollinisation par les abeilles, on encore la purification de l’eau par les forêts, permettant ainsi aux décideurs de prendre en compte les coûts et avantages de la conservation ou de la destruction de ces ressources.



La Déclaration reconnaît aussi que le continent n’a pu concrétiser le développement durable au cours des vingt dernières années.


Le Président du Botswana, Seretse Khama Ian Khama, a déclaré lors du sommet qu’ “[il mettait] au défi tous les autres pays, qu’ils soient développés ou en voie de développement, ainsi que les secteurs public et privé, de suivre cet exemple ».


Plus valables ‘mortes que vivantes’



Lors du sommet, l’on a appris que la comptabilité des ressources naturelles pouvait aider les pays à prendre en compte la valeur financière réelle d’une ressource dans leur comptabilité nationale, ce qui guiderait les décisions relatives à sa conservation ou à sa destruction.



S’agissant du commerce du bois brut, par exemple, les coûts pour les pays en termes d’érosion du sol, de qualité de l’eau et de perturbation des bassins hydrographiques dus à la déforestation seront également pris en compte.



Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Libéria, estime que tant que ces services écosystémiques ne seront pas répercutés dans les comptes nationaux, les forêts « auront plus de valeur mortes que vivantes ».



Lors de la réunion, Rachel Kyte, vice-présidente de la Banque mondiale pour le développement durable, a cité l’exemple de la Thaïlande où, selon les calculs, un hectare de mangrove assure la protection contre des inondations dont les dégâts éventuels coûteraient 16.000 dollars. Ce chiffre peut permettre de décider s’il vaut la peine de la détruire pour du bois d’une valeur de 850 dollars ou gagner 9.000 dollars en la transformant en ferme d’élevage de crevettes.



Le Partenariat mondial pour la comptabilisation des richesses naturelles et la valorisation des services écosystémiques (Wealth Accounting and Valuation of Ecosystem Services ou WAVES), renforce les capacités des pays comme le Botswana, la Colombie, le Costa Rica, Madagascar ou les Philippines pour leur permettre de mettre en œuvre cette comptabilisation du capital naturel.



WAVES utilise le Système de comptabilité environnementale et économique intégrée des Nations Unies, une méthode internationalement adoptée pour calculer la valeur économique des ressources naturelles « matérielles » comme le bois, et travaille à l’élaboration d’une méthode internationalement acceptable pour la comptabilisation des services écosystémiques comme la pollinisation.

 

En savoir plus...

 

Bien vouloir télécharger:

 

Lien vers la Déclaration de Gaborone [322kB]

Lien vers le rapport ‘Une croissance verte et solidaire’ de la Banque mondiale

Lien vers le rapport, ‘Au-delà du PIB’ de la Banque mondiale [11.5MB]

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

La Facilitation sortante (Royaume de Belgique) et entrante (Allemagne) du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur sortant du Royaume de Belgique du PFBC et l’Honorable Dr Christian Ruck, Facilitateur de la République Fédérale d’Allemagne du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et vous présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC