Libération: Braconnage : «Nous faisons face à des attaques, parfois avec des armes de guerre»

 

Témoignage: Guillaume Le Flohic, français, 28 ans, travaille au sein du parc national d’Odzala-Kokoua au Congo-Brazzaville. Il y dirige le service Conservation et Recherche depuis juin 2013. En mai, il a contacté «Libération» pour témoigner d’une agression dont a été victime le responsable de la lutte anti-braconnage et au-delà, toute l’équipe du parc, ainsi que de la grande difficulté de poursuivre le travail de conservation en Afrique.

 

«Le parc d’Odzala-Kokoua a été créé en 1935 autour du village de Mbomo, c’est le plus ancien parc national au Congo et l’un des premiers en Afrique. Il est géré depuis 2010 par African Parks, une ONG d’Afrique du Sud, largement financée par l’Union européenne, qui a conclu un accord de partenariat public-privé avec l’Etat congolais. Il abrite notamment des populations d’éléphants de forêt et de gorilles de plaine de l’ouest, deux espèces en danger d’extinction et intégralement protégées, mais intensivement braconnées. Sous la pression du braconnage pour l’ivoire, le nombre d’éléphants ne cesse de diminuer (quatre éléphants de forêt sur cinq ont disparu au cours des vingt dernières années) et, à ce rythme, à l’horizon 2020, il n’y en aura plus.»

 

Des AK47 - «Mon collègue, français comme moi, chef de la lutte anti-braconnage (LAB) (1), arrivé en 2012, a obtenu les meilleurs résultats jamais acquis : en 2013, 33 arrestations pour braconnage aggravé, 65 armes de guerre (principalement des AK47) récupérées et 5 ressortissants chinois arrêtés dont 4 pour trafic d’ivoire. Un baron local du trafic de l’ivoire, Ghislain Ngondjo, surnommé Pépito, a ainsi été condamné à cinq ans de prison et incarcéré à la maison d’arrêt de Brazzaville. Des résultats probablement à l’origine de la crise majeure à laquelle le parc doit faire face.

«Le 11 avril, dans l’après-midi, plus d’une centaine de personnes ont envahi le QG du parc à Mbomo, entonnant des chants de menace à l’encontre du chef LAB et de sa famille, et armés de longs bâtons. Parmi ces personnes, des braconniers connus, mais aussi d’anciens éco-gardes renvoyés pour faute grave, des agents du parc en fonction, une majorité d’hommes de 15 à 35 ans, ivres pour la plupart. Avec la volonté manifeste de lyncher mon collègue.

«Habitué à ce genre de situation de par sa formation militaire, il est parvenu à s’échapper en voiture mais la foule menaçante l’a poursuivi en courant et en criant. Des personnes, dont je fais partie, ont été agressées plus ou moins gravement. Le chef de la lutte anti-braconnage s’est réfugié d’abord à Brazzaville, à 800 km de là, avant de devoir quitter le pays. Il travaille désormais dans un autre parc national africain.»

 

Pour consulter l'article intégral, bien vouloir consulter le site web officiel de Libération:  Braconnage : «Nous faisons face à des attaques, parfois avec des armes de guerre»

 

Image credit: Libération 

Auteur: Eliane PATRIARCA 21 août 2014 à 18:19 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

ATIBT -PFBC: Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC

L’ATIBT a co-facilité la mobilisation du secteur privé de la filière bois pour participer à la première réunion du collège du secteur privé du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo avec le nouveau facilitateur Dr Christian Ruck et son équipe de la Facilitation allemande.

En savoir plus...

Deuxième consultation publique relative à la norme de certification de gestion forestière de PAFC bassin du Congo 23 Mai 2020 – 22 Juin 2020

La seconde consultation publique sera ouverte pour une durée de 30 jours à partir du 23 mai 2020 et sera clôturée le lundi 22 juin 2020. La consultation publique est ouverte à toutes les parties prenantes de la gestion forestière dans le Bassin du Congo intéressées à participer au processus d’élaboration des normes de certification PAFC Bassin du Congo.

En savoir plus...

ATIBT Flash du 20/05/2020

A lire: Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) ; RIFFEAC - Une précieuse opportunité des formations forestière et environnementale dans le Bassin du Congo ;  FAO - Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 – FRA 2020 ; Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC ; Timber Procurement Assessment Committee -TPAC- évalue PEFC…

En savoir plus...

22 Mai 2020 Journée internationale de la diversité biologique

Le thème de la Journée internationale de la diversité biologique 2020 est "Nos solutions sont dans la nature". Le thème de la journée montre que la biodiversité reste la réponse à un certain nombre de défis du développement durable auxquels nous sommes tous confrontés. Des solutions basées sur la nature au climat, en passant par la sécurité alimentaire et de l'eau, et les moyens de subsistance durables, la biodiversité reste la base d'un avenir durable.

En savoir plus...

Visionnez notre nouvelle vidéo -UICN

A l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, cette nouvelle vidéo PPI, propose d’illustrer cette question de la conservation de la biodiversité et des liens avec le développement économique local. Elle montre deux témoignages, celui d’Alexis Kaboré (NATUDEV) qui développe des filières durables de miel et de beurre de karité dans le complexe du PONASI au Burkina Faso et celui de Caleb Ofori (Herp Ghana) qui met en place un projet d’écotourisme national dans les montagnes de l’est du Ghana.

En savoir plus...

COVID-19 et sécurité sanitaire des aliments : orientations pour les entreprises du secteur alimentaire - FAO

L’objet de ces orientations est de présenter ces mesures supplémentaires qui visent à préserver l’intégrité de la chaîne alimentaire et à garantir que les consommateurs ont accès à des denrées alimentaires qui répondent à leurs besoins et ne présentent pas de danger pour la santé.

En savoir plus...

Effets de la covid-19 sur les systèmes alimentaires halieutiques et aquacoles - FAO

La présente synthèse passe en revue les défis à relever actuellement et contient des propositions de mesures visant à protéger les secteurs de la pêche et de l’aquaculture et les plus vulnérables, à maintenir les activités et à soutenir la chaîne d’approvisionnement.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020