CIFOR- Développement de la filière huile de palme dans le bassin du Congo Nécessité d’une stratégie régionale impliquant les petits planteurs et les marchés informels

 

Bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

Développement de la filière huile de palme dans le bassin du Congo Nécessité d’une stratégie régionale impliquant les petits planteurs et les marchés informels

 

 

Points à retenir

 

 

Doté d’une abondante biodiversité, le bassin du Congo renferme, d’après les estimations, 25 à 30 % du stock de carbone présent dans les forêts tropicales du globe. Face à la raréfaction des terres disponibles et à l’intensification des réglementations contraignantes en Asie du Sud-Est, le bassin du Congo attire de plus en plus d’investisseurs. Les quelques 280 millions d’hectares (Mha) de terres favorables à la culture du palmier à huile se répartissent entre la République démocratique du Congo (60 %), le Cameroun (11 %) et la République du Congo (10 %).

 

 

La plupart des pays du bassin du Congo disposant d’une importante superficie forestière sont en train de se fixer des objectifs nationaux pour augmenter la production d’huile de palme afin de répondre à la demande nationale et régionale. Entre 1990 et 2017, la surface allouée au développement du palmier à huile s’est accrue de 40 % dans le bassin du Congo et dans cinq autres pays producteurs africains. En l’absence de réglementations strictes, il y a fort à parier que l’augmentation future de la production se fera par l’accroissement des surfaces cultivées aux dépens de la forêt, plutôt que par l’intensification de la production sur les plantations existantes.

 

 

Les stratégies de durabilité mises en place par les grandes entreprises du secteur afin de certifier les huileries industrielles ne parviendront probablement pas à enrayer la déforestation dans le bassin du Congo. Les petits planteurs indépendants sont en effet les principaux acteurs de la croissance du secteur de l’huile de palme dans la région, et des données récentes montrent que l’extension des surfaces cultivées se fait principalement au détriment des forêts. En raison de la prolifération des huileries artisanales, une part non négligeable de l’huile de palme produite par ces petits planteurs ne passe plus par les huileries industrielles et échappe ainsi aux statistiques nationales. Ces planteurs villageois sont aussi pénalisés par des disparités de pouvoir et la difficulté d’accéder à des ressources techniques et financières. Les impliquer dans les stratégies de durabilité apparait indispensable.

 

 

Les recommandations formulées pour améliorer la pérennité du secteur de l’huile de palme dans le bassin du Congo sont les suivantes : (1) faciliter l’accès au capital des petits planteurs et des responsables d’huileries artisanales; (2) mettre en œuvre des politiques pour préserver les ressources naturelles et faciliter l’accès à des opportunités commerciales assorties d’incitations à éviter la déforestation ; (3) intensifier la production en renouvelant les plantations vieillissantes, en réhabilitant les plantations abandonnées avec des variétés résistantes aux maladies et à haut rendement, et accroître la fertilisation, sans empiéter sur les zones à haute valeur de conservation ou les domaines forestiers qui stockent beaucoup de carbone ; et (4) améliorer la capacité de transformation et les taux d’extraction des huileries. Pour un développement durable du secteur de l’huile de palme dans le bassin du Congo, il faudra être très attentif à la gouvernance, et aux facteurs institutionnels, environnementaux et socio-économiques qui sont à la base des filières d’approvisionnement régionales.

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

La Facilitation sortante (Royaume de Belgique) et entrante (Allemagne) du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur sortant du Royaume de Belgique du PFBC et l’Honorable Dr Christian Ruck, Facilitateur de la République Fédérale d’Allemagne du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et vous présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC