Les experts se réunissent autour de la question des activités extractives au Cameroun et dans la Plaine de Waza Logone en particulier

 

Du 26 au 29 novembre 2013, s’est tenue à Maroua dans la région de l’Extrême Nord du Cameroun, et sous la Présidence du Gouverneur de la région la Réunion des Experts sur la problématique des activités extractives au Cameroun avec un focus sur le cas de l’exploration et l’exploitation pétrolières dans la Plaine d’Inondation de Waza Logone.

 

La réunion avait pour but de :

 

♦ Vulgariser et partager les bonnes pratiques sur la conduite des activités extractives ;

♦  Elaborer une stratégie de plaidoyer pour une meilleure conduite des activités extractives au Cameroun ;

♦  Partager les expériences d’autres régions ;

♦  Renforcer la collaboration par des échanges sur les mécanismes d’information/consultation/participation du public à la conduite des activités extractives (l’octroi des permis, la surveillance de la conformité légale environnementale et sociale et de l'exécution des activités/PGES, etc.) ;

♦  Jeter les bases pour une collaboration inter sectorielle, multi acteurs et la mise en une plate forme de concertation et de dialogue entre les parties prenantes sur les activités extractives ;

♦  Travailler avec YCLDC (entreprise chinoise) pour le respect des législations et l’adoption des meilleures pratiques au-delà des exigences légales.

 

Y ont pris part, les représentants des services centraux et régionaux des ministères sectoriels dont les Mines, l’environnement, forêt et faunes, plan et aménagement du territoire, cadastre et affaires foncières, pêche et développement rural et de la Société Nationale d’Hydrocarbure (SNH) ; les Conservateurs des parcs nationaux de Waza, Bouba Ndjidda et de Kalamaloué, les maires des communes de Logone Birni et de Zina, les partenaires au développement et de la conservation (UICN, WWF, UNESCO, ITIE, CBLT, Secrétariat Convention Ramsar), les institutions de formations universitaires dont l’Institut Supérieur du Sahel, l’Ecole de Faune de Garoua, les Entreprises du secteur extractif (YCLDC et GEOVIC), les responsables des Organisations nationales et locales d’appui au développement et à la conservation dont ACEEN, CARPA, CED, SEAAC, CelPro, les autorités traditionnelles dont les chefs de canton de Madiako et de Ngamé, les représentants des Médias, les responsables des Projets et Programmes de conservation et développement de la PIWL dont le projet MINFOF-UINC-PPTE, le PDRI-CL, le PRODEBALT et les Organisations confessionnelles et religieuses dont le CDD, le Service National Justice et Paix et le CAVT.

 

Le Cameroun comme bon nombre de pays du Bassin du Congo, entend s’appuyer sur les ressources naturelles, particulièrement celles de son sous sol pour construire son émergence. Cependant, l’exploitation de celles-ci entraîne des conséquences (externalités) sur le plan économique, social et environnemental et l’activité requiert par conséquent le respect et la mise en œuvre d’un minimum de mesures et standards nationaux et internationaux, ainsi que l’adoption des Meilleures pratiques dans le domaine.

 

L’importance de la Plaine et des potentiels impacts négatifs que l’exploitation pétrolière pourrait avoir sur ses fonctions écologiques et par conséquent sur les populations qui y vivent, a motivé les parties prenantes à la gestion durable de la Plaine de Waza Logone, dont l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) l’Association Camerounaise pour l’Education Environnementale (ACEEN) et l’Institut Supérieur du Sahel (ISS), à organiser cette rencontre. Elle s’est tenue avec l’appui financier du Comité néerlandais de l’UICN, de l’UICN (Accord Cadre avec la France, et Programme Cameroun) et de WWF.

 

Au terme des travaux, il a été relevé entre autres la nécessité de mettre en place un cadre de collaboration entre les parties prenantes à l’échelle de la Plaine, l’adoption de bonnes pratiques en matière des industries extractives et la mise en place d’un mécanisme de concertation au niveau cantonale, communal et régional.

 

Au niveau national, des recommandations fortes ont été formulées pour les différents acteurs concernés aux différentes échelles, dont la mise en place d’un comité d’experts indépendants pour la révision des études d’impacts.

 

Pour l’UICN, cette réunion a permis d’établir les bases d’un programme sous-régional sur la thématique des industries extractives avec d’or et déjà les premières activités identifiées.

 

La réunion s’est achevée par une visite de la Plaine pour palper les réalités locales et échanger avec les populations. Au vu des derniers évènements qui ont eu lieu dans la zone de l’extrême Nord du Cameroun, les organisateurs ont pris les mesures de sécurité nécessaires tout au long du séjour. La sécurité a donc été assurée par la gendarmerie nationale de la province et de la brigade d’intervention rapide (BIR).

 

Pour plus d'information sur le contenu de cet article, bien vouloir contacter Mme Camille Jepang (Camille.Jepang@iucn.org)

 

Bien vouloir télécharger ci-dessous les termes de référence de la réunion: Contribution à la Gouvernance de la Plaine d’Inondation du Logone et des Programmes de son Développement, Maroua, Cameroun - 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Le collège de la société civile en marche pour la tenue d’une journée spéciale le 18 décembre 2019

Thème: "Les forêts du Bassin du Congo à la croisée des chemins entre Conservation – Gestion et Développement Durable – Changements Climatiques et Investissements en milieu forestier : Rôle de la société civile et attentes des communautés riveraines"

En savoir plus...

Voaafrique-Le Cameroun et le Nigeria préoccupés par la sécurité de leur frontière commune

Les Gouverneurs des régions du Cameroun et États du Nigeria, des responsables administratifs et de sécurité ont discuté de la sécurité sur leur frontière commune pendant deux jours à Yaoundé mi-juillet.

En savoir plus...

CAWHFI NEWS N°004

La phase actuelle du projet CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) mise en œuvre par l’UNESCO, grâce au soutien financier de l’Union européenne s’achèvera en mars en 2020. Un des résultats majeurs attendus à son terme est le lancement du processus d’inscription de nouveaux sites de la sous-région sur la Liste du patrimoine mondial.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019