LANDSCAPE NEWS : La grande muraille verte de l’Afrique : un chantier en cours

 

 

BONN, Allemagne (Landscape News) - Bien des choses ont changé depuis 2007, quand l’Union Africaine a lancé l’initiative de la Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel (IGMVSS) comme un rempart contre l’avancée du désert.

 

 

Le mur n'est plus envisagé comme une mince rangée d'arbres plantés le long de la frontière sud du Sahara, un couloir de près de 8 000 km de long et de 15 km de large situé entre le Sénégal à l'Ouest et le Djibouti à l'Est. Il s’agit désormais d’encercler le Sahara par une large bande végétale d’arbres et de buissons, permettant ainsi de reboiser et de protéger un paysage agricole. La nouvelle vision concerne tous les pays riverains, y compris l'Algérie et d'autres pays d'Afrique du Nord, et pas uniquement les 11 pays sahélo-sahariens initiaux.

 

 

L’Union Africaine, qui compte 55 membres, et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qualifient désormais le projet « d’initiative phare de l’Afrique dans la lutte contre la dégradation des terres, la désertification et la sécheresse ».

 

 

Toutefois, « la Grande Muraille Verte » reste l'appellation populaire, un symbole emblématique de la volonté humaine qui a enflammé l'imagination du monde.

 

 


« Nous avons fait évoluer la vision de la Grande Muraille verte de l’irréalisable à une vision pratique », explique Mohamed Bakarr, Spécialiste environnemental principal du Fonds pour l’environnement mondial, organe chargé d’examiner les avantages environnementaux des projets de la Banque mondiale. « Il ne s’agit pas forcément d’un mur physique, mais plutôt d’une mosaïque d’interventions dans l’utilisation des terres qui répondront à terme aux attentes d’un mur. Cette vision a été transformée en une sorte de métaphore ».

 

 

Lire plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

La Facilitation sortante (Royaume de Belgique) et entrante (Allemagne) du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur sortant du Royaume de Belgique du PFBC et l’Honorable Dr Christian Ruck, Facilitateur de la République Fédérale d’Allemagne du PFBC vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année 2019 et vous présentent ses meilleurs vœux pour l'année 2020 !

En savoir plus...

thegef-Évaluer les avantages du développement d'une économie de la faune

Les communautés locales devraient être enrôlées comme « première ligne de défense » contre le commerce illégal d'animaux et de plantes sauvages, qui est beaucoup plus répandu et complexe qu'on ne le croit généralement, a déclaré le Directeur exécutif de TRAFFIC, Steve Broad, aux participants des réunions de consultation de la société civile du FEM qui se sont tenues à Washington cette semaine.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC