L'huile de palme et le soja sont-ils si mauvais pour l’Afrique ?

 

 

Bien vouloir télécharger la stratégie ci-dessous:

Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée 2018-2030

 

 

La problématique de la déforestation importée amène à questionner la durabilité de notre modèle de consommation actuel et incite à davantage de sobriété pour préserver les ressources naturelles mondiales et plus particulièrement les forêts.

 

 

Outre qu’elles abritent plus de 75 % de la biodiversité mondiale, les forêts contribuent à l’atténuation du changement climatique, et jouent un rôle-clef pour l'adaptation au changement climatique, la protection des sols et l’approvisionnement en eau douce. Les ressources forestières sont un moyen de subsistance plus ou moins important pour 1,6 milliard d’individus et la survie de 60 millions de membres de communautés autochtones en dépend directement.

 

 

Selon la FAO, la superficie forestière mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares, soit deux fois la superficie de la France ou près de huit fois la superficie de la forêt française métropolitaine, sur la période 1990-20152. La production agricole et l'élevage constituent la première cause de déforestation à l’échelle mondiale et un tiers de cette production est destiné à l’export, le reste étant consommé localement.

 

 

Dans les pays tropicaux et subtropicaux, l’agriculture commerciale à grande échelle et l’agriculture de subsistance étaient à l’origine d’environ 70 % de la déforestation entre 2000 et 2010 (avec des variations régionales).

 

 

Le principal type de production agricole lié à la déforestation importée, ou intervenant après des phases progressives de dégradation de la forêt, varie selon les régions : l’élevage bovin et la production de soja en Amérique latine, les plantations de palmiers à huile en Asie du Sud-Est, le cacao en Afrique. Les fronts de déforestation pour certaines de ces productions s’étendent désormais à de nouvelles régions, dont le continent africain (Afrique de l’Est pour le soja, Afrique de l’Ouest et Centrale pour l’huile de palme).

 

 

Selon l’étude d’impact de la Commission européenne de 2013, entre 1990 et 2008, on constate qu’au niveau européen, le soja (tourteaux ou graines) représente 60 % des importations de produits à risque, l’huile de palme et de palmiste, 12 %, et le cacao, 8 %. Ces matières premières représentent à elles seules 80 % des importations pouvant générer de la déforestation au niveau des pays producteurs.

 

 

L’étude de 2013 de la Commission européenne relative à l'impact de la consommation européenne sur la déforestation5 montre que les pays européens sont ainsi responsables de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Ainsi, même si un nombre croissant de pays émergents, notamment en Asie, se sont imposés ces dernières années comme les principaux importateurs de nombreux produits à risque, l’UE, acteur économique majeur au niveau mondial, porte une responsabilité importante justifiant un engagement exemplaire. Des mesures permettant de réduire l’impact sur la déforestation des consommations de l’Union européenne (UE) et en son sein de la France doivent donc être adoptées rapidement, les actions relatives aux importations devant s’inscrire dans le cadre du marché unique européen.

 

 

La lutte contre la déforestation est l’un des enjeux planétaires de ce siècle, dont dépendra le respect de l’Agenda 2030 et ses objectifs du développement durable, de l’Accord de Paris et des objectifs de la convention sur la diversité Biologique.

 

 

La préservation des forêts est d’autant plus une priorité dans la perspective des futures échéances multilatérales relatives à la protection de la biodiversité, notamment : la 7e Plénière de la Plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) en 2019, le 7e Congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en 2020, tous deux accueillis par la France, ainsi que la 4e session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement qui se tiendra en 2019 et la COP 15 en 2020.

 

 

Cette thématique est portée à haut niveau dans l’agenda politique international. Il existe en effet aujourd’hui une mobilisation mondiale d’acteurs influents, privés et publics, dans les pays du Sud comme du Nord, qui appellent régulièrement à éliminer la déforestation et à favoriser les produits sans déforestation importée via des initiatives internationales telles que la déclaration de New-York sur les forêts et les déclarations d’Amsterdam. En tant que signataire de la déclaration de New York sur les forêts de 2014 sous l’égide des Nations Unies, la France s’est engagée à mettre un terme à la déforestation à l’horizon 2030. D’autres États se sont aussi saisis de cette problématique de manière unilatérale (engagement du Brésil, de la Colombie, etc.). Enfin, entreprises et investisseurs intègrent de manière croissante cet enjeu dans leurs stratégies et prennent des engagements (résolution du Consumer Goods Forum, Manifeste du Cerrado...).

 

 

Pour d’amples informations bien vouloir télécharger la stratégie ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le 'Made in Africa' INTERHOLCO, du bois durable au bout des doigts pour des projets d'avenir

Dans son nouveau site web, finalement disponible en langue française, INTERHOLCO présente son 'Made in Africa' : le « bois durable » garantit non seulement la protection de la forêt mais aussi des milliers d'animaux et de plantes faisant parties de son écosystème. Notre récolte à impact réduit permet de limiter l’empreinte de notre activité au minimum nécessaire.

En savoir plus...

Forestsnews-Une nouvelle plateforme en ligne pour promouvoir la coordination dans le bassin du Congo

L’Observatoire des forêts d’Afrique centrale (OFAC) – dont la mission est de fournir des données aux décideurs pour promouvoir des politiques fondées sur des preuves – a récemment lancé une plateforme interactive de recensement et suivi de projets. Cet outil en ligne permet aux utilisateurs d’accéder aux données et aux projets de la région, de promouvoir la collaboration et de mettre fin au gaspillage de ressources.

En savoir plus...

Lenouveaugabon-La CEEAC appuie l’Assemblée nationale du Gabon dans le processus de protection de la faune en Afrique centrale

( Le Nouveau Gabon) - Le parlement gabonais va organiser, au cours de ce mois d’avril, un atelier sur l’entraide judiciaire en matière de protection de la faune en Afrique centrale. Dans ce cadre, l'institution a sollicité et reçu l’appui du Secrétariat général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) pour la réussite de cette initiative.

En savoir plus...

UN-Journée internationale de la Terre nourricière, 22 avril 2019

La Journée internationale de la Terre nourricière est célébrée chaque année pour nous rappeler que la Terre et ses écosystèmes nous soutiennent et nous nourrissent durant toute notre vie. C'est pourquoi il devient de plus en plus crucial de sensibiliser les habitants de la planète aux problèmes qui l’affecte, en rappelant notamment les différentes formes de vie qui s’y développent.

En savoir plus...

AICED Rapport : « La problématique de la non-autonomisation de peuples autochtones riverains du PNVi : ses conséquences et proposition pour la protection de ses écosystèmes »

Les pygmées sont considérés comme un peuple minoritaire en RDCongo.  À cause de leur vie nomade, ils sont dispersés presque dans toutes les provinces environnantes des forets de la RD Congo en général et le Parc National des Virunga (PNVi) en particulier et sont aussi victimes de la discrimination. Ces peuples autochtones riverains du PNVi ont d’autres difficultés particulières.

En savoir plus...

uottawa-Cours en finance climat 2019

Ce cours a pour objectif de fournir aux participants les outils, méthodes et approches permettant d’accéder au financement de l’action pour le climat et d’investir dans des mesures d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques. Il analysera le paysage mondial de la finance verte et présentera les options et les défis en matière de financement de contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays en développement et des économies en transition. DATES : 12-21 août 2019. DATE LIMITE D'INSCRIPTION: 30 juin 2019

En savoir plus...

Euredd-Les petits producteurs sèment l’espoir

Lorsque la sécheresse a frappé le sud-ouest de la Côte d’Ivoire en 2015, une grande partie de la récolte de cacao, la principale matière première agricole du pays, a été perdue et des milliers de petits producteurs ont vu leur gagne-pain menacé. « J’ai presque perdu toute ma plantation de cacao, sauf aux endroits où j’avais de grands arbres », déclare Kouassi Akoura Apollinaire Yao, un jeune fermier qui exploite une plantation de deux hectares près de Méagui, 400 km à l’ouest d’Abidjan, la capitale du pays. « C’est l’ombrage qui a permis de sauver ces plants. »

En savoir plus...

Newsletter du Projet Régional de Financement durable des Aires Protégées du Bassin du Congo

A lire : La Conservation de la Biodiversité du bassin du Congo facilitée par la lutte contre la fraude et la corruption ; Ensemble pour la Conservation de la Biodiversité : le projet régional rencontre l’OCFSA ; 2018 : une année d’action dans six pays pour le financement durable des Aires Protégées …

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019