Le sommet Franco-africain face au braconnage des Eléphants et des Rhinocéros

 

Bien vouloir télécharger la Déclaration finale de la Table ronde de Haut Niveau

Le sommet Franco-africain qui s’est tenu à Paris du 6 au 7 Décembre 2013 sur la Paix et la Sécurité en Afrique, a mobilisé près de 53 délégations de pays africains et la France, ainsi que les représentants des Nations Unies, de l'Union Africaine, de l'Union Européenne, du Fonds Monétaire International, de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement. Ces derniers ont débattu sur les épineux problèmes de la paix et de la sécurité en Afrique, sur le partenariat économique et le développement et sur le changement climatique.

 

La veille de cette rencontre de haut niveau entre la France et l’Afrique a été marquée par la tenue d’une table ronde sur«la lutte contre le braconnage et le trafic des espèces menacées. Ce side-event est venu donner le ton à ce sommet des chefs d’état avec l’adoptiond’une déclaration appelée « déclaration de Paris », où les pays signataires se sont engagés « à agir sans délai et de manière résolue » contre le braconnage et le trafic des espèces fauniques.

 

Il convient de signaler ici que cette table ronde s’est tenu dans un contexte où le trafic d’ivoire et de corne de rhinocéros a atteins la vitesse de croisière sur le continent africain. En effet, 20 000 environ disparaissent chaque année, et d’après certaines études réalisées, le taux d’éléphants braconnés est de (7,4%) à l’échelle du continent est désormais supérieur au taux de renouvellement naturel de l’espèce (5 à 6%). ce malgré le moratoire sur le commerce de l’ivoire adopté en 1989. A ce rythme on avance irréversiblement à l’extinction des éléphants.

 

Actuellement cette activité mine la stabilité de plusieurs Etats et de ce fait, le braconnage ne devrait plus être traité comme une simple menace pour la biodiversité mais traité au même titre que le terrorisme, car des enquêtes réalisées sur le terrain et porté à l’attention de la communauté internationale, établies clairement le lien entre le trafic des ivoires et le financement des groupes armés dans les pays en guerre.

 

Face à ce fléau, les pays africains présents à cette rencontre reconnaissent que la lutte contre le braconnage ne peut en effet être efficace que si elle est intégrée dans les politiques de développement durable appuyées par les institutions internationales et les grands bailleurs de fonds, avec la mise en œuvre de la déclaration de Marrakech (adoptée le 30 mai 2013) ainsi qu'aux conclusions politiques et opérationnelles du sommet international de Gaborone (3-4 décembre 2013).

 

La France, pour matérialiser son engagement dans cette lutte, a procédé à la création d’un plan national d’action de : « Lutte contre le braconnage d’éléphants et contre le trafic d’ivoire et d’autres espèces protégées ». Ce plan prévoit entre autres :

 

  • une augmentation des amendes ( par exemple, passage de 150 000 à 750 000 euros en cas de trafic en bande organisée)
  • un renforcement des pouvoirs des officiers de police judiciaire (OPJ), avec l’élargissement des techniques d’enquête.
  • des instructions spéciales pour les procureurs sur la lutte contre le trafic des espèces protégées afin de professionnaliser le traitement des affaires de trafic illicite en ayant recours aux juridictions interrégionales spécialisées (JIRS).
  • etc .

 

Elle compte aussi bruler son stock d'ivoire  illégale en marge du sommet de Londres des 12 et 13 février à Londres -

 

Et très récemment, la France a octroyé une enveloppe de 10 Million d’Euro au Gabon dans la lutte contre le braconnage, ce qui traduit la ferme volonté de Paris à lutter contre la criminalité de la faune et une invitation à d’autre pays et institutions internationales à faire comme elle, pour sauver les derniers éléphants en Afrique.

 

La déclaration de Paris et les articles similaires peuvent être consultés ici :

 

Déclaration finale du Sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique

 

Video - Trafic et braconnage des espèces menacées

Video : Lutte contre le trafic et le braconnage des espèces menacées : les États africains et la France s’engagent 

 

Lutte contre le trafic et le braconnage des espèces menacées : les États africains et la France s'engagent

 C'EST PAS DU VENT: 2 - Les chefs d'Etat africains s'engagent dans la lutte contre le braconnage

 

Pour lutter contre le braconnage, la France va brûler son stock d'ivoire

Table ronde sur le braconnage : Ali Bongo Ondimba se prononce et propose

Les États africains et la France s’engagent pour lutter contre le trafic et le braconnage des espèces menacées

 

Les autres liens disponibles :

-        http://www.nostalgieguinee.net/actualite/politique-1/samedi-07-decembre-2013-declaration-finale-du-sommet-de-l-elysee-pour-la-paix-et-la-securite-en-afrique-1004.html

-        http://www.actuniger.com/societe/7586-sommet-afrique-france-declaration-finale-issue-du-sommet-de-l-elysee-pour-la-paix-et-la-securite-en-afrique.html

-        http://www.rtb.bf/infos/article/la-declaration-finale-du-sommet-de

-        http://www.lnr-dz.com/index.php?page=details&id=29885

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC