UA-CEAC-CEEAC-FAO: Gouvernance foncière en Afrique Francophone

 

Du 04 au 06 Décembre 2012,  s’est tenu à Yaoundé-Cameroun, un important atelier technique sur le thème la gouvernance des régimes fonciers en Afrique francophone : enjeux et opportunités.

 

Organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture et du Développement rural du Cameroun et la Commission Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), cet atelier a connu la participation d’une centaine de participants venus de plusieurs pays d’Afrique francophone (Afrique centrale, Afrique de l’Ouest et l’Océan indien) et de représentants des institutions régionales ou internationales (FAO, UNECA, CEEAC, FIDA) afin d’changer autour d’un outil élaboré par la FAO, pour promouvoir la gouvernance foncière, à savoir : les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

 

Cet atelier dont l’objectif était de faciliter aux participants une compréhension des directives volontaires et d’impulser la réflexion sur l’utilisation de ces Directives dans les pays, a été marqué par trois (03) temps forts.

 

  1. 1.     La cérémonie d’ouverture

Elle a été marquée par deux allocutions de circonstance prononcées par le Représentant résident de la FAO Cameroun et le Ministre de l’Agriculture et du Développement rural.  Ces derniers ont relevé le fait que les Directives volontaires constituent un instrument qui se veut une contribution pour la gouvernance des terres, des pêches et des forêts.et de ce fait l’atelier se présente comme une opportunité donnée aux participants de s’approprier de cet instrument pour une meilleure mise en œuvre dans les différents pays de l’espace de la francophone .

 

  1. 2.     Séance plénière

Il a été question des présentations et des débats en plénière et travaux en groupe

 

Les présentations ont porté sur :

 

  • Les directives volontaires, où jean-Claude Nguinguiri a parlé du contexte, Patrice Talla du contenu et Anni Arial du développement.
  • Les initiatives régionales et nationales relatives aux politiques foncières à travers divers expérience : Sénégal, Cameroun, République Démocratique du Congo et Madagascar, à travers l’expérience « ELGAF ».
  • Les expériences menées ou en cours comme le « REDD+ » par « Land and Policy Initiative ».
  • Les études de cas  préparées et présentées par les Représentants de la République Centrafricaine, de la Côte-d’Ivoire, de la Guinée,
  • Le FIDA le programme de son institution et les activités menées, présenté par son Représentant.

 

Chacune de ces présentations a donné lieu a de vive contribution de la part des participants en plénière et groupe. Ces échanges sont venus enrichir les directives volontaires et conduit à la formulation des recommandations dont les principales sont les suivantes :

 

  • Mise en cohérence de la législation en vigueur dans chaque pays ;
  • Cadre de référence à adapter selon les pays ; opportunités pour des plateformes d’échanges ;
  • Faire des Directives volontaires un outil de renforcement des capacités et d’évaluation de la mise en œuvre de la politique de réforme ; d’harmonisation des programmes ; un guide permettant une meilleure prise de décisions ; une motivation pour une meilleure gouvernance foncière ; un instrument de plaidoyer pour les politiques agricoles ;
  • Les Directives volontaires : occasion de revoir le cadre juridique et la politique foncière ; de procéder à une élaboration ou révision des textes existants sur le genre, les peuples indigènes… ;
  • Réduction des crises, des conflits, notamment ceux résultant des situations informelles;
  • Mettre en place une structure de veille ; création d’un processus endogène de gestion et de pilotage des questions foncières ; informations, sensibilisation, diffusion et vulgarisation par les médias ;
  • Impliquer les universitaires, former les producteurs, parlementaires et les médias.

 

Pour une meilleure implémentation de ces Directives volontaires tant à l’échelle étatique que sous régionale, les participants ont identifié certaines activités prioritaires. A savoir :

 

  • Remise officielle des Directives volontaires par la FAO ;
  • Désignation par chaque Etat d’un point focal et mise en place de commissions au niveau des Etats sur le foncier ;
  • Organisation d’un atelier national de partage des directives (sensibilisation et formation) et de développement des thématiques ;
  • Création par le point focal d’un cadre pour l’évaluation de la gouvernance foncière ;
  • Appui du plaidoyer des acteurs de la société civile ; établissement d’un lien avec les autres réseaux/initiatives (LPI, LGAF) ;
  • Vulgarisation des Directives volontaires et sensibilisation sur les politiques nationales foncières ;
  • Renforcement des capacités par des formations pour une appropriation adéquate des Directives volontaires par toutes les parties prenantes, y compris les populations ;
  • Appui des partenaires techniques et financiers ;
  • Interface entre acteurs (société civile/ONG) et les Etats.
  1. 3.     La cérémonie de clôture

Deux prises de parole ont marqué cette étape finale. Celle du Représentant de la FAO au Cameroun et celle du Secrétaire général du Ministère de l’Agriculture et du Développement rural. Dans leur intervention, ils ont exprimé leur reconnaissance à tous ceux qui de près ou de loin ont participé à la réussite de cet atelier, notamment la FAO, le CEEAC, le CEA, les institutions, les participants, le rapporteur général et le modérateur. Et ils ont reconnu que cet atelier aura permis aux différents pays représentés d’avoir des bases pour une bonne gouvernance foncière.

 

Pour votre information, veillez consulter les documents ci-dessous en cliquant ici.

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SYNTHESES DES RAPPORTS D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - CAMEROUN - [Rapports produits en Septembre-Novembre 2019] via les procédures du SNOIE (SYSTEME NORMALISE D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - SNOIE)

Le Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), et ses délégations régionales de l’Est et du Centre ont depuis le 10 décembre 2019, sur leur table quatre rapports de dénonciations des cas d’exploitation forestière illégale dans les régions du Centre et de l’Est. Dans ces rapports produits par les OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015, plusieurs infractions présumées ont été relevées.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC