Partenariat International sur la Gestion des Écosystèmes du PNUE abrité par l’Académie Chinoise des Sciences sous le thème « Le passage au vert de la coopération Chine-Afrique. » Passage au vert de la coopération Chine-Afrique

 

"Passage au vert de la coopération Chine-Afrique"  dans Bulletin trimestriel du PNUE-IEMP

 

Au cours de la dernière décennie, on a assisté à la multiplication des partenariats Chine-Afrique, notamment en matière de commerce international, d’assistance technique et de renforcement des capacités. Les investissements directs étrangers en Afrique seuls ont augmenté considérablement au cours des cinq dernières années pour atteindre 13 milliards USD en 2010. Le volume total des échanges entre l’Afrique et la Chine se chiffre à 168 milliards USD en 2011, traduisant ainsi les ambitions mondiales de la Chine. À ce jour, la coopération Chine-Afrique s’est étendue à des secteurs nouveaux tels que l’environnement, la science et la technologie, la culture, la santé et l’agriculture.

 

« La coopération économique actuelle entre la Chine et l’Afrique en termes de volume d’échanges s'est intensifiée rapidement, passant de 10 milliards USD en 2000 à 200 milliards en 2012… » Mme Wenping He Directrice des Études Africaines, CASS »

 

Ces développements sont également perçus par beaucoup comme une opportunité pour intégrer la gestion et la planification de l’environnement dans le développement économique national et promouvoir la bonne gouvernance et les bonnes pratiques environnementales. C’est dans cette optique que le PNUE-IEMP, en collaboration avec la CCAP (Chinese Agricultural Policy), le CIFOR (Center for International Forestry Research) et l’ICRAF (World Agroforestry Center), a organisé un séminaire international sur le passage au vert de la coopération Chine-Afrique : Œuvrer en vue du développement durable. »  Les objectifs du séminaire consistaient à partager les résultats des recherches récentes sur le rôle de la Chine dans l’environnement africain, notamment dans les secteurs tels que l’agriculture, la foresterie et les mines, ainsi que les efforts bilatéraux pour la gestion des services écosystémiques réciproquement bénéfiques.

 

Ce séminaire d’un jour comprenait différentes présentations sur la gestion des écosystèmes actuellement entreprise ou effectuée en Afrique par le CIFOR, l’IEMP et la CCAP.

 

Ce séminaire a réuni près de 50 experts nationaux et internationaux, des bailleurs de fonds et la société civile intervenant dans le cadre d’initiatives Chine-Afrique à travers le partage de connaissances, des partenariats de recherche et l’identification d’opportunités futures pour la collaboration internationale sur la gestion des écosystèmes.

 

Le point fort du séminaire a été les échanges interactifs sur des questions de l’heure relatives à l’environnement et leur lien avec le développement et un message à retenir sur les nouvelles opportunités à explorer afin d’intégrer la gestion des écosystèmes dans le développement de la coopération.

 

Le séminaire a permis aux participants de mieux comprendre les défis et les opportunités liés à la gestion des écosystèmes en Afrique et de renforcement d’une coopération gagnant-gagnant pour le développement humain. Il a également constitué une plateforme permettant au PNUE-IEMP de faire la lumière sur sa vision du rôle de la gestion des écosystèmes et les pratiques d'économie verte à travers nos projets pilotes sur la surveillance environnementale, l’adaptation aux changements climatiques et les moyens de subsistance intégrés.

 

 

 

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le Bulletin de PNUE-IEMP.

 

 

 

Lancement du premier projet FEM d’adaptation basé sur les écosystèmes

 

L’atelier de lancement visait quatre objectifs principaux: (i) élaborer et convenir d’un plan d'activité avec les partenaires clés au cours de la première année de mise en œuvre et au-delà ; (ii) Faire le bilan de l'évolution récente des initiatives d’adaptation basée sur les écosystèmes (EbA) dans les écosystèmes pertinents (montagnes, cotes et déserts) et dans les réseaux régionaux d’adaptation ; (iii) proposer des ajustements aux activités du projet, de projets de référence, d’indicateurs et de cibles en fonction des derniers développements et, (iv) orienter les arrangements institutionnels du projet, notamment la création d’équipes locales.

  

Les changements climatiques sont petit à petit reconnus comme une des menaces majeures pour l’environnement et le bien-être de l’Homme. En conséquence, plusieurs initiatives et partenariats ont vu le jour en réponse à ces préoccupations, notamment dans les pays en développement. Un projet mondial commun UNEPNDRC intitulé « Renforcement du soutien en termes de capacités, de connaissances et de technologies en faveur du développement de la résilience au climat des pays en développement vulnérables ». Ce projet est financé à travers le Fonds spécial pour les changements climatiques (FEM-SCCF) et a été officiellement lancé le 22 avril 2013 à Beijing, en Chine. Ce projet est également financé en collaboration avec la Commission Nationale de Chine pour le Développement et la Réforme (CNDR), le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), l’Académie Chinoise des Sciences (ACS). Il bénéficie également de cofinancements par d’autres partenaires dont ceux des pays pilotes. L’atelier de lancement était co-organisé par UNEP-IEMP et l’Institut de Recherche en Sciences Géographiques et Ressources Naturelles, l’Académie Chinoise des Sciences (IGSNRR, ACS).

 

Comme l’a précisé M. Wei Su, Directeur Général de la NDRC dans son propos d’ouverture à l’atelier de lancement, « les changements climatiques constituent l’un des défis majeurs qui interpellent l’humanité au 21ième siècle. Nous devons conjuguer nos efforts en tant que communauté internationale afin d’inscrire nos actions à cet égard dans le cadre global du développement durable. » Ses propos ont été relayés par M. Ziqian liang, Directeur général adjoint  du Département de la Coopération Internationale au ministère chinois des Finances, qui a relevé la volonté de son pays à partager les leçons et les expériences avec d’autres pays en développement et la communauté internationale dans le cadre de la coopération sud-sud. Les effets des changements climatiques s’étendent au-delà des frontières nationales. Pour cela, il faut des actions de portée régionale et internationale, a déclaré Mme Lok-Desallien dans son discours-programme. Mme Bonizella Biagini du Secrétariat de la FEM a salué le projet pour son approche innovante et intégrée en réponse aux questions d'adaptation et de changements climatiques.

 

Pour en savoir plus, veuillez télécharger le Bulletin trimestriel du PNUE-IEMP pour vous informer sur les actions   et les leçons apprises au fil des projets et activités mis en œuvre. Vos commentaires concernant nos activités et les informations diffusées sont les bienvenues. Pour cela, vous pouvez vous adresser à info@unep-iemp.org

 

La version anglaise de cet article fait foi: http://www.unep.org/ecosystemmanagement/Portals/7/Documents/UNEP-IEMP/4.%20UNEP-IEMP%20Bulletin%20~%20April-June%202013.pdf 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIB-Olam est 100% Certifié FSC

Alors que nous sommes globalement préoccupés par la pandémie qui a ravagé nos vies et perturbé la normalité; nous essayons de comprendre comment naviguer, en nous préparant pour les temps à venir, voici une petite lumière brillante des forêts denses du Bassin du Congo. Nous sommes ravis de vous informer que nous avons officiellement reçu la certification FSC pour Mimbeli-Ibenga et CIB-Olam est maintenant 100% certifié FSC.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel | Février 2020

L’Humanité tout entière fait face à un défi inédit tandis qu’un tiers de la population mondiale est confinée chez soi en raison de la pandémie du Covid-19. La République du Congo, quant à elle, vient d'annoncer la mise en application de l’état d'urgence sanitaire et le confinement à domicile de l'ensemble de la population jusqu'au 30 avril.

En savoir plus...

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020