Une journée des Nations Unis pour la lutte contre le commerce illégal des espèces faunique (Elephants et Rhinocéros)

 

La journée des Nations Unis célébrée le 03 Mars à travers le monde, a été marquée par la place accordée à la lutte contre le commerce illégale de la faune.

 

Du fait que cette journée de célébration coïncide avec date de l'adoption de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) en 1973, la communauté internationale a voulu prendre à bras le corps ce fléaux de commerce illégal des espèces sauvages, qui de nos jours est classé le quatrième plus grand fléau dans le monde après la drogue , la contrefaçon et le trafic d'êtres humains, avec des conséquences sur la paix et la sécurité internationales .

 

Le lancement de l’évènement qui a eu lieu à Nairobi au Kenya, a été une occasion pour les organisateurs de passer en revu les grands actes internationaux visant à faire face au phénomène de braconnage et commerce illicite de la faune. Il s’agit de :

 

  • L’adoption récemment par le Conseil de sécurité des Nations Unies de deux résolutions reconnaissant le lien direct entre l'exploitation illégale des animaux sauvages et les conflits en cours en Afrique centrale ;
  •  L’application en 2012, de la loi d’Assistance pour les forêts, qui se veut un consortium de forêts et des initiatives sur le climat qui vise à lutter contre l'exploitation forestière illégale et le crime forestier organisé. Elle est dirigée par le Programme de la criminalité environnementale d'INTERPOL et le centre de collaboration du PNUE en Norvège (GRID-Arendal ) ;
  • Au cours de la 16e Conférence des Parties à la CITES à Bangkok en Mars 2013, environ 170 pays présents se sont accordés pour un meilleur statut de protection à des centaines d'espèces de bois, les tortues et d'autres espèces végétales et animales ;
  • L’approbation d’une motion par le Parlement Européen en Janvier 2014, avec une résolution concernant la criminalité de la faune et des mesures qui la place au même titre que le trafic de la drogue, ce qui a appelé à la mise en place d'un plan d'action contre le commerce illégal de la faune en zone UE,
  • la prise de décision par le gouvernement des États-Unis en Février 2014, de travailler à protéger les espèces emblématiques comme les éléphants et les rhinocéros à travers l’interdiction d'importer, d’exporter ou de revendre aux États-Unis de l'ivoire d'éléphant. ceci dans le cadre d'une stratégie nationale de lutte contre la traite de la faune.
  • A la conférence de Londres sur le commerce illicite de la faune en Février 2014, 46 pays ont adopté une déclaration contenant une série d'engagements  parmi les quelles la  lutte contre la corruption, l'adoption de la législation des sanctions plus sévères contre les braconniers, et de recruter davantage d'agents de l’administration pour l’application de la loi.

 

Cette rencontre de haut niveau a étalé sur la table des efforts à fournir pour maintenir le cap sur la lutte contre le commerce illicite des espèce sauvage, en tenant compte de la diversité des dynamiques socio -économiques , juridiques et commerciales à travers la gamme de transit et des pays consommateurs. Pour cela, il faut :

 

  • La promotion du renforcement des forces de l’ordre, du renforcement des capacités humaines et financières suffisantes, de la sensibilisation du public et de la lutte contre la corruption, ainsi que de soutenir la législation nationale et de réduire la demande pour les produits de la faune qui sont illégalement surexploités ;
  • le développement économique durable, fondé sur les priorités pour garantir à long terme la durabilité des ressources naturelles ;
  • La mise en œuvre des stratégies et des objectifs de biodiversité à l'échelle nationale et internationale comme les « Objectifs d'Aichi » fixés par la Convention, sur son Plan stratégique 2011-2020 de la biodiversité
  • un soutien financier et politique approprié est nécessaire pour garantir l’efficacité de cette lutte.

 

Par ailleurs, il convient de signaler ici, que cet évènement a été l’occasion de présenter les résultats des études réalisées sur la faune et la flore. Il s’agit de :

 

  • Les éléphants dans la poussière
  • Rhinocéros en voie d'extinction
  • singes volés
  • L'exploitation forestière illégale

 

Ces publications pleines de précieuses informations, font un état des lieux de ces différents espèces animales et végétales, avec des projections sur le devenir sur le long terme.

 

Pour plus d’information sur l’évènement, veillez consulter le site : http://www.unep.org/newscentre/Default.aspx?DocumentID=2764&ArticleID=10729&l=en

Autre informations pertinentes :

 

Vous pouvez consulter sur les liens ci-dessous, des informations sur l’hommage rendu au prof Wangari Maathai décédée en 2011 :

 

www.unep.org/newscentre/multimedia/default.asp?cat=int&ct=vid‎

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019